Allez au contenu, Allez à la navigation

Prescription de psychotropes à des mineurs

15e législature

Question écrite n° 00365 de Mme Joëlle Garriaud-Maylam (Français établis hors de France - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 13/07/2017 - page 2269

Mme Joëlle Garriaud-Maylam attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur le rapport entre bénéfices et risques de la prescription d'antidépresseurs à des enfants ou adolescents.
De nombreuses études révèlent les effets secondaires potentiellement graves des psychotropes, notamment sur le plan psychologique. Un article du « British medical journal » de janvier 2016 sur les effets secondaires des antidépresseurs de dernière génération a noté que « le risque de suicide et d'agression a été doublé pour les enfants et adolescents prenant des antidépresseur » et conclut en préconisant de « réduire au minimum l'utilisation d'antidépresseurs chez les enfants, les adolescents et les adultes jeunes, étant donné que les effets secondaires graves semblent importants, que les effets bénéfiques sont moindres que ce qui est attendu d'un traitement efficace. Des traitements alternatifs tels que l'exercice ou la psychothérapie semblent avoir plus de bénéfice. »
Elle souhaiterait savoir quelles mesures elle envisage pour tenir compte de ces avis convergents et réduire au strict nécessaire la prescription de psychotropes aux mineurs en France.



Réponse du Ministère des solidarités et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 15/03/2018 - page 1241

En raison des risques de suicide et d'agression observés chez les enfants et les adolescents traités par antidépresseurs, l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé a publié en 2008 une mise au point intitulée « le bon usage des antidépresseurs chez l'enfant et l'adolescent » pour encadrer la prescription de ces traitements. Ce document diffusé aux prescripteurs précise la place des antidépresseurs dans la dépression chez ces patients et mentionne par ailleurs les situations dans lesquelles il n'est pas recommandé de traiter les enfants et les adolescents par ces médicaments. Ces données ont été complétées en novembre 2014, par une recommandation de bonne pratique « Manifestations dépressives à l'adolescence » de la Haute autorité de santé, dans laquelle la prise en charge thérapeutique en soins de premier recours est détaillée. Cette recommandation définit une stratégie de prise en charge thérapeutique mais rappelle également l'importance du suivi somatique, des règles hygiéno-diététiques, de la mise en place d'une psychothérapie et la nécessité de mobiliser l'entourage familial, social et scolaire pour la prise en charge plus globale de ces manifestations dépressives.