Allez au contenu, Allez à la navigation

Investissements des entreprises françaises dans le numérique

15e législature

Question écrite n° 00515 de Mme Marie-Françoise Perol-Dumont (Haute-Vienne - Socialiste et républicain)

publiée dans le JO Sénat du 20/07/2017 - page 2340

Mme Marie-Françoise Perol-Dumont attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès du Premier ministre, chargé du numérique sur une étude publiée par France Stratégie, selon laquelle le déficit de croissance de productivité horaire de la France serait dû pour une large part à son retard d'investissement dans les technologies de l'information et de la communication.
D'une manière générale, nombre d'entreprises françaises n'ont pas encore effectué leur conversion au numérique par rapport à leurs voisines européennes : 63 % d'entre elles seulement disposent d'un site web, 17 % utilisent les réseaux sociaux pour les relations clients (contre 25 % en moyenne dans l'organisation de coopération et de développement économiques - OCDE). Selon cette même étude, si les entreprises françaises prenaient le virage du numérique, elles pourraient doper leur productivité de l'ordre de 0,5 point par an sur une décennie.
Trois pistes de développement sont évoquées : renforcement des compétences de la population active, ce qui passe par une politique d'éducation ambitieuse, formation continue et réformes structurelles de la formation initiale ; simplification administrative et fiscale et réorientation des aides prioritairement vers les jeunes entreprises en croissance ; enfin encouragement de la mobilité du travail en réduisant la dualité des contrats et en améliorant la portabilité des droits sociaux.
Elle lui demande donc son opinion sur les préconisations de cette étude et selon quelles modalités elle pourrait susciter de nouvelles politiques publiques à destination des entreprises.



Réponse du Secrétariat d'État, auprès du Premier ministre, chargé du numérique

publiée dans le JO Sénat du 26/04/2018 - page 2079

Ainsi que l'indique l'honorable parlementaire, le numérique bouleverse le paysage économique et recèle un potentiel considérable de croissance et d'emplois, tout particulièrement pour les TPE/PME qui constituent l'essentiel du tissu économique national. Il est aujourd'hui indispensable que les dirigeants d'entreprises prennent conscience qu'ils doivent repenser leur stratégie, leur modèle économique et faire évoluer leur organisation pour assurer leur pérennité dans un contexte économique basé sur des technologies ou des services de plus en plus numérisés. L'action en faveur de la transformation numérique des entreprises vise donc à améliorer les méthodes de fonctionnement traditionnelles de l'entreprise, au service d'une compétitivité accrue, mais également à favoriser l'utilisation du numérique comme catalyseur d'innovation. Il y a un paradoxe français en termes de numérisation. Si nos concitoyens, en tant que particuliers sont très connectés, avec 82 % de la population qui utilise Internet, et si la France a vu naître des entreprises devenues des leaders mondiaux dans le domaine du numérique, comme Criteo, spécialiste du reciblage publicitaire, ou bien encore Blablacar, force est de constater que nos TPE-PME sont en retard. En effet, la France est à la 16ème place européenne sur les usages du numérique en entreprise. Elle est particulièrement en retrait en ce qui concerne la détention d'un site Internet : au niveau européen, la Finlande est le pays où la proportion de PME détenant un site Internet est la plus élevée (95 %), avec la Suède (90 %) et l'Allemagne (87 %). Au contraire, avec 66 %, la France dispose du taux le plus faible, suivi par l'Italie (70 %) et l'Espagne (74 %). Il est donc urgent d'agir. Le Conseil national du numérique a présenté en mars 2017 une série de recommandations destinées à favoriser la transformation numérique des TPE-PME. Le Gouvernement a initié la mise en œuvre des recommandations principales de ce rapport dans le cadre de la refonte de son programme d'accompagnement à la transformation numérique. Les orientations de ce nouveau programme reposent sur : d'une part, la création d'un nouveau cadre d'action autour d'une marque nationale fédératrice et d'un nouveau portail fédérant les initiatives de l'ensemble des acteurs privés ou publics de la sensibilisation et de l'accompagnement à la transformation numérique. Ce portail est actuellement en cours de finalisation sous le pilotage de la direction générale des entreprises, en liaison avec l'ensemble des acteurs. Les acteurs de la transformation numérique peuvent d'ores et déjà se connecter afin d'être référencés sur ce portail : https://extranet-tn.entreprises.gouv.fr/ ; d'autre part, des actions d'animation de l'écosystème de la transformation numérique via notamment un pilotage régional plus fort et une prise en compte sectorielle des besoins des entreprises, ainsi que le développement, en partenariat avec les régions volontaires, d'une aide financière régionale à destination des petites entreprises. La facilitation de l'accès des entreprises aux formations en matière de numérique sera également l'un des points clés du programme. Ce programme sera détaillé dans les tous prochains jours.