Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des aveugles et amblyopes en France

15e législature

Question écrite n° 00728 de Mme Marie-France de Rose (Hauts-de-Seine - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 27/07/2017 - page 2422

Mme Marie-France de Rose attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé concernant la situation des aveugles et des amblyopes en France aujourd'hui.
Les personnes aveugles et amblyopes ainsi que les professionnels et les divers acteurs intervenant dans le champ de la déficience visuelle réaffirment la pleine citoyenneté de ces personnes concernées, laquelle ne peut être mise en cause d'aucune façon en raison de la déficience sensorielle dont elles sont porteuses. Une déficience quelle qu'elle soit ne saurait remettre en cause la pleine humanité de la personne concernée et il appartient à la société de s'organiser afin qu'elle soit une société inclusive pour tous ses membres.
À ce jour, des discriminations inacceptables touchent les personnes déficientes visuelles, comme par exemple une personne aveugle sur deux est réduite au chômage et moins de 5 % des livres édités chaque année dans notre pays leur sont accessibles…
Les questions touchant à l'éducation, à la formation et à l'emploi apparaissent comme des enjeux majeurs. Il faut donner la possibilité aux personnes déficientes visuelles d'être des acteurs économiques à part entière de la société et d'exercer leur pleine citoyenneté. Les questions d'accessibilité, tant du cadre bâti que non bâti, des transports ainsi que du numérique sont tout aussi centrales dans la démarche d'inclusion sociale et économique.
Quelques pistes de réflexion sont menées, telles que le respect d'une législation et d'une réglementation, la possibilité d'une une orientation scolaire et professionnelle, la favorisation de l'insertion professionnelle, l'amélioration des déplacements et des transports tout comme de l'accessibilité numérique.
Elle lui demande de bien vouloir étudier ces propositions et d'apporter des mesures concrètes afin de répondre à l'inquiétude et aux préoccupations des 1 700 000 Français concernés par la déficience visuelle.

Transmise au Secrétariat d'État, auprès du Premier ministre, chargé des personnes handicapées



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.