Allez au contenu, Allez à la navigation

Scooters des mers

15e législature

Question écrite n° 00925 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 03/08/2017 - page 2497

M. Jean Louis Masson demande à M. le ministre d'État, ministre de l'intérieur, si l'installation d'une activité de location de scooters des mers sur le domaine public maritime est assujettie à une procédure particulière compte tenu qu'il s'agit là d'une activité susceptible de créer des dangers pour les nageurs et de générer des nuisances sonores ainsi que des pollutions par hydrocarbures.

Transmise au Ministère auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports



Réponse du Ministère auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports

publiée dans le JO Sénat du 23/11/2017 - page 3696

Les véhicules nautiques à moteur (VNM), engins de type « scooter de mer » ou « moto marine » sont, comme l'ensemble des bateaux de plaisance, soumis à de strictes exigences de conformité concernant notamment les émissions gazeuses et sonores, requises pour leur mise sur le marché dans l'Union européenne. Concernant leur location, deux cas peuvent se rencontrer : la location dans le cadre de l'initiation et la randonnée accompagnée : l'entreprise proposant cette prestation est agréée par le préfet de département après instruction des dossiers par les directions départementales des territoires et de la mer (DDTM). Ces initiations et randonnées s'effectuent sur des parcours validés par les services de l'État, et les stagiaires sont accompagnés de moniteurs spécialisés. En cas de manquement à la réglementation ou aux règles de sécurité, l'agrément peut être suspendu ou retiré ; la location destinée aux titulaires du permis de conduire les navires de plaisance : comme pour les locations de navires, ce type de location n'est pas soumis à agrément, mais le loueur a l'obligation de tenir à disposition de l'administration un registre spécial concernant les machines mises à la disposition du public. La navigation de ces VNM s'effectue comme ceux des particuliers, en respectant le balisage mis en place qui interdit la navigation dans les zones réservées à la baignade. Dans tous les cas, la vitesse dans la bande littorale des 300 mètres est limitée à 5 nœuds. Dans ces deux cas de location, c'est le maire de la commune qui décide ou non de l'opportunité d'accorder une autorisation d'occupation temporaire (AOT) du domaine public à une société de location sur le territoire relevant de son autorité.