Allez au contenu, Allez à la navigation

Absence d'un interlocuteur chargé du tourisme au sein du Gouvernement

15e législature

Question écrite n° 00985 de M. Jean-Paul Fournier (Gard - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 10/08/2017 - page 2546

M. Jean-Paul Fournier attire l'attention de M. le Premier ministre au sujet de l'absence de ministre ou de secrétaire d'État chargé du tourisme, de la promotion de la destination France et de l'accueil des touristes nationaux, européens ou internationaux. Ce secteur d'activité est pourtant vital pour la croissance de l'économie française et donc l'emploi. Première destination au monde, la France doit pouvoir continuer à valoriser ce secteur et le dynamiser pour ainsi préserver son rang et augmenter les retombées financières de cette activité. Pour de nombreux territoires en souffrance, le tourisme est fondamental. Aussi lui demande-t-il de bien vouloir donner des précisions sur l'action gouvernementale en matière de tourisme et ainsi rassurer ce secteur d'activité à ce sujet.



Réponse du Premier ministre

publiée dans le JO Sénat du 21/09/2017 - page 2918

Le Gouvernement, soucieux de garantir que la politique en faveur du tourisme donnera de réels résultats, a fait le choix d'une démarche interministérielle, en réunissant, le 26 juillet 2017, le Conseil interministériel du Tourisme, composé de treize ministres, de quatre secrétaires d'État, des représentants des collectivités locales et des professionnels du secteur touristique. Trois objectifs ont ainsi été définis à l'horizon 2020 : atteindre cent millions de visiteurs étrangers en France, parvenir à ce qu'ils demeurent plus longtemps dans le pays au cours de leur séjour, et enfin générer cinquante milliards d'euros de recettes. Le ministre de l'Europe et des affaires étrangères est en charge du pilotage des actions à mener à cette fin, en s'appuyant dans cette tâche sur son secrétaire d'État et en pleine coordination avec les ministres compétents. La méthode de travail du Gouvernement est ainsi clairement définie. Les priorités sont tout autant clairement annoncées avec six chantiers identifiés : améliorer la qualité de l'accueil des touristes et garantir leur sécurité ; poursuivre l'effort de structuration de l'offre afin de gagner en visibilité internationale ; soutenir l'investissement dans la rénovation de nos infrastructures et le développement de nouveaux projets ; développer la formation et soutenir l'emploi dans tous les secteurs de la filière ; favoriser l'indispensable numérisation du secteur et le partage d'informations, notamment statistiques ; enfin, garantir l'accès aux vacances pour le plus grand nombre de nos concitoyens. Un calendrier de travail précis a été fixé pour faire avancer ces différents chantiers avec les collectivités territoriales et les professionnels : un conseil de pilotage du tourisme sera présidé par le ministre de l'Europe et des affaires étrangères dès le 10 octobre 2017, avant un nouveau Conseil interministériel fixé au 19 janvier 2018. Les dates des conseils de pilotage et des Conseils interministériels ont été arrêtés jusqu'à juillet 2019 afin d'inscrire l'action du Gouvernement dans la durée et de préparer les mesures à prendre secteur par secteur. La priorité donnée par le Gouvernement au développement du tourisme en France n'a jamais été aussi forte. Tous les services de l'État, et en premier lieu l'opérateur Atout France, sont mobilisés pour en assurer le succès, en associant très largement les différents acteurs publics - notamment les collectivités locales - et privés du tourisme.