Allez au contenu, Allez à la navigation

Pour le maintien des antennes locales de France 3 télévision

15e législature

Question écrite n° 01469 de M. Claude Bérit-Débat (Dordogne - Socialiste et républicain)

publiée dans le JO Sénat du 05/10/2017 - page 3044

M. Claude Bérit-Débat attire l'attention de Mme la ministre de la culture sur la politique du Gouvernement en direction du service public de l'audiovisuel et plus particulièrement par rapport au groupe France télévision. En effet, entre la baisse programmée de 36 millions d'euros sur le budget de l'audiovisuel et la remise en cause du montant des contrats d'objectifs et de moyens, France télévision serait ainsi privée de 50 millions d'euros. Cela aura un impact direct sur la qualité de ce service public et l'accès à la culture et l'information, en particulier dans les zones rurales.
Ainsi, conséquence induite par cette mesure, la direction de France 3 télévision a, dans un premier temps, fait part de son souhait de supprimer ses antennes départementales à l'instar de France 3 Périgord, en ce qui concerne le département de la Dordogne. Devant les protestations massives qui ont suivi cette annonce sur l'ensemble du territoire national, la direction de France 3 laisserait désormais à ses directions régionales de choisir le maintien ou non des antennes départementales.
Selon certaines informations, en Nouvelle-Aquitaine, seraient ainsi maintenues les éditions locales de Périgueux, La Rochelle, Bayonne, Pau et Brive jusqu'au 31 août 2018.
Cette nouvelle proposition ne ferait que reporter dans le temps la problématique précitée et met en exergue l'affaiblissement net de l'accès à une information de proximité et de qualité permis par le service public aux personnes vivant dans les territoires ruraux. En effet, c'est l'analyse de l'actualité locale qui perdra en proximité, en diversité, en précision et en pertinence. Cette mesure entraînerait, à court ou à moyen terme, la suppression ou le non-renouvellement conséquent d'emplois ce qui suscite l'inquiétude légitime des équipes menacées par cette éventualité.
Aussi, il lui demande que le Gouvernement prenne en compte ce dossier lié directement à la qualité du service public de l'audiovisuel en milieu rural en renonçant à la baisse des moyens budgétaires prévus pour 2018 pour France télévision afin que le groupe public maintienne de manière pérenne les éditions départementales d'information sur l'ensemble de nos départements.



Réponse du Ministère de la culture

publiée dans le JO Sénat du 22/03/2018 - page 1355

Le ministère de la culture est attaché à la mission essentielle de proximité de l'audiovisuel public, qui favorise la cohésion sociale au plus près des territoires, met en valeur les évènements culturels régionaux et participe de la démocratie locale. Pour conforter ce rôle essentiel, le réseau de France 3 a été adapté à la nouvelle carte des régions, avec treize directions régionales. En sus de ces directions régionales,  vingt-quatre antennes régionales ont été maintenues pour assurer la proximité de l'offre. En revanche, un téléspectateur sur deux ne reçoit pas, aujourd'hui, les éditions de ces antennes locales, accessibles uniquement sur la télévision numérique terrestre et non sur les offres du câble, du satellite ou des opérateurs télécoms. Il est logique que France Télévisions souhaite assurer une meilleure visibilité de ces antennes locales. La réflexion en cours ne consiste donc pas à supprimer des antennes locales. Ces antennes continueront à produire des programmes locaux. Mais la diffusion de ces programmes doit évoluer, pour les rendre plus visibles, par exemple en les intégrant aux éditions régionales ou à des web TV. Dans un contexte de profondes mutations, le Gouvernement a chargé un groupe de travail interministériel de mener une réflexion, en étroite concertation avec les sociétés de l'audiovisuel public, sur les missions des médias de service public, sur l'adaptation à leur environnement et leurs coopérations possibles. Dans ce cadre, une réflexion sera portée sur l'information régionale et locale, avec pour ambition d'offrir un service de proximité efficace et de qualité. La fin des travaux de cette mission est prévue pour fin mars 2018.