Allez au contenu, Allez à la navigation

Campagnes d'information de lutte contre l'alcoolisme

15e législature

Question écrite n° 01491 de M. Jean-Pierre Grand (Hérault - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 05/10/2017 - page 3042

M. Jean-Pierre Grand attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur les campagnes d'information de lutte contre l'alcoolisme. Organisées par le ministère de la santé, ces campagnes viennent stigmatiser la consommation de vin. Ainsi, la récente campagne visant à modifier les habitudes alimentaires des Français, consommation d'alcool incluse afin de prévenir les cancers imputables à l'alcool, comporte comme seule illustration la photo d'un tire-bouchon. Précédemment, dans le cadre de conseils diffusés relatifs au risque de canicule, il était prescrit dans une vidéo de ne pas boire d'alcool sur fond de verre de vin rouge. S'il convient bien évidemment de lutter contre la surconsommation d'alcool, une telle stigmatisation de la filière viticole relève d'un acharnement alors même qu'elle traverse une période difficile liée à la succession d'aléas climatiques (gel, grêle, sécheresse, …). Aussi, il lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures qu'il entend prendre afin de faire cesser cette injuste mise en avant du vin dès lors que l'on parle d'alcool.



Réponse du Ministère de l'agriculture et de l'alimentation

publiée dans le JO Sénat du 10/05/2018 - page 2256

Le Gouvernement est sensible à la place particulière du vin dans la culture et l'agriculture française, aux territoires qu'il structure, aux emplois qu'il crée ainsi qu'à sa valeur patrimoniale gastronomique et paysagère. Pour autant, ce rôle de premier plan ne doit pas occulter le fait que la santé publique est un enjeu majeur en France et que l'alcool n'est pas un aliment anodin. La prévention des dommages sanitaires et sociaux est une des priorités du Gouvernement, qui porte ainsi l'objectif de lutter contre les consommations d'alcool excessives ou à risque notamment pour des personnes sensibles comme les femmes enceintes et les mineurs. S'agissant des campagnes de prévention pour lutter contre les usages nocifs d'alcool, le code de la santé publique interdit déjà toute discrimination entre les différents produits alcoolisés. Dans le cadre des travaux interministériels portant sur l'élaboration d'un discours public clair et cohérent, le ministère de l'agriculture et de l'alimentation sera par ailleurs attaché à ce que les propositions s'appuient sur des repères de consommation établis sur la base d'éléments objectifs et rationnels afin d'éviter toute stigmatisation du vin, dont la consommation responsable doit pouvoir rester un plaisir associé au patrimoine gastronomique français. Enfin, le ministère chargé de l'agriculture sera particulièrement attentif à ce que les parties prenantes concernées soient associées en vue d'élaborer des politiques publiques ambitieuses en matière de santé publique et cohérentes avec l'objectif de développement économique des filières agricoles.