Allez au contenu, Allez à la navigation

Baisse de l'activité touristique

15e législature

Question écrite n° 01670 de Mme Marie-Thérèse Bruguière (Hérault - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 19/10/2017 - page 3198

Mme Marie-Thérèse Bruguière attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, sur la situation du tourisme en France. La période actuelle est marquée par la baisse globale du nombre des arrivées internationales et par un recul plus marqué en Île-de-France et dans le sud de la France. Elle souhaite savoir de quelle manière il entend apporter son soutien aux professionnels du tourisme, et connaître la stratégie du Gouvernement pour permettre un retour de la croissance de l'activité touristique en France.




Réponse du Secrétariat d'État, auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 15/02/2018 - page 674

Les évènements de 2015 et de 2016 ont fortement pesé sur la fréquentation touristique étrangère en France. Un recul de fréquentation de 2 millions de touristes a été observé en 2016 pour l'ensemble du territoire national (enquête EVE). Pour endiguer ce phénomène et reconquérir certaines clientèles, l'État a mis en place un plan de relance ambitieux. Le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (MEAE) diffuse régulièrement, via le réseau diplomatique, une foire aux questions afin de répondre aux inquiétudes de nos partenaires et des professionnels. Des forces de l'ordre supplémentaires ont été déployées sur Paris depuis deux ans + 3 000 personnes), en plus des 10 000 militaires de l'opération sentinelle déployés sur l'ensemble du territoire. La réserve opérationnelle, qui constitue un vivier total de 9 000 personnes, est partiellement mobilisée. Les sites touristiques font l'objet d'une surveillance accrue. Enfin, à la fin de l'année 2016, un fonds d'urgence exceptionnel de 10,6 millions d'euros pour la promotion du tourisme a abondé le budget de l'opérateur Atout France. Ces mesures ont permis de rassurer les touristes et expliquent les bons résultats de l'année 2017. La croissance touristique dépasse le simple rattrapage par rapport à 2015 et 2016. En effet, l'INSEE a montré que, lissée sur trois ans, la progression de la fréquentation touristique étrangère est de 4,6 %. 2017 se conclut ainsi sur une fréquentation record de 89 millions de touristes internationaux accueillis en France. Pour renforcer cette tendance, de nouveaux engagements ont été pris lors du Conseil interministériel du tourisme du 19 janvier 2018. Présidé par le Premier ministre, ce conseil a réuni 10 ministres et secrétaires d'État, des parlementaires, des élus locaux et une vingtaine de professionnels et représentants patronaux. Le Premier ministre a d'abord vérifié que les mesures annoncées lors du Conseil interministériel du tourisme du 26 juillet 2017 étaient suivies d'effet, notamment s'agissant de la sécurité des touristes. Un nouveau train de mesures a ensuite été annoncé autour de deux axes principaux : la modernisation de l'offre de produits et de services d'une part, l'action sur la demande grâce au renforcement des moyens alloués à la promotion de la destination d'autre part. La Caisse des dépôts et consignations (CDC) et BPI France vont ainsi accroître leurs fonds propres dédiés aux projets touristiques. Atout France agira à leurs côtés pour accompagner les entreprises et les collectivités en ingénierie de projet. Enfin, BPI France a annoncé le lancement d'un Accélérateur Tourisme dès septembre 2018 pouvant accueillir 30 entreprises. Pour la promotion internationale, les moyens d'Atout France vont être augmentés grâce à l'apport de l'État, des régions et du secteur privé. En 2018, 15 millions d'euros supplémentaires seront ainsi mobilisés, et 20 millions d'euros dès 2019. La contribution de l'État sera constituée d'une partie des recettes de la délivrance des visas. Atout France est appelé à se transformer et à élargir sa palette d'actions. L'opérateur national agira non seulement sur la promotion, mais aussi sur l'adaptation de l'offre aux standards internationaux.