Allez au contenu, Allez à la navigation

Épidémie de peste

15e législature

Question écrite n° 01757 de M. Jean-Louis Lagourgue (La Réunion - RTLI)

publiée dans le JO Sénat du 26/10/2017 - page 3308

M. Jean-Louis Lagourgue attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur l'épidémie de peste qui sévit à Madagascar et sa propagation aux territoires voisins, dont l'île de La Réunion.
En effet, depuis le mois d'août 2017, près de 900 cas de cette maladie ont été recensé sur le territoire malgache. En deux mois, contrairement aux précédentes années, l'épidémie s'est propagée aux grandes zones urbaines, selon l'organisation mondiale de la santé. Pour environ trois quarts des cas recensés il s'agit de peste pulmonaire, soit la forme la plus virulente et la plus contagieuse de cette maladie.
Les relations étroites entretenues entre la France et Madagascar appellent évidemment à une démarche de solidarité et de responsabilité vis-à-vis de la population malgache. C'est d'ailleurs dans ce cadre que la France a dépêché une équipe de médecins sur place, afin notamment de constituer un service d'aide médicale urgente (SAMU) peste et de prêter main forte aux autorités locales.
Compte tenu de l'évolution de cette épidémie, les territoires situés à proximité immédiate de Madagascar montrent une légitime inquiétude. Il est clair que les enjeux dépassent aujourd'hui les frontières de la grande île.
Ils nécessitent de la part des responsables politiques et des acteurs sanitaires et sociaux des îles voisines une préoccupation constante du phénomène qui, à l'heure actuelle, a fait plus de cent morts.
Il la remercie donc de lui indiquer les mesures envisagées par l'État pour prévenir la propagation de cette épidémie sur le territoire de l'île de La Réunion, en particulier, et sur l'ensemble du territoire national, compte tenu notamment des connexions aériennes et maritimes permanentes avec Madagascar.



Réponse du Ministère des solidarités et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 01/02/2018 - page 450

Les autorités sanitaires de Madagascar ont annoncé au début du mois de décembre que l'importante épidémie de peste pulmonaire qui a sévi sur l'île depuis le mois d'août avait été contenue. Au total 2 417 cas de peste (suspects, probables ou confirmés) ont été rapportés sur l'île dont 209 décès (soit un taux de léthalité de 9 %). Parmi ces cas, 1 854 (77 %) étaient des formes pulmonaires dont 390 ont été confirmés biologiquement et 618 considérés comme probables. Durant cette épidémie, aucun cas importé confirmé n'a été rapporté dans un autre pays que Madagascar. Dès l'alerte, les autorités sanitaires françaises ont mis en place, en anticipation, des mesures visant à : - prévenir ou détecter rapidement l'entrée d'un cas de peste sur l'ensemble du territoire national et notamment à La Réunion et à Mayotte. En plus des contrôles à l'embarquement réalisés par les autorités malgaches, des mesures d'information des voyageurs et des personnels des ports et aéroports ont été prises et les services médicaux des points d'entrée sur le territoire ont été alertés ; - préparer le système de santé à la prise en charge d'un cas suspect / confirmé de peste et des personnes contacts éventuelles par l'identification des filières de prise en charge depuis les points d'entrée, en lien avec les agences régionales de santé et les établissements de santé du territoire. Les professionnels de santé libéraux ont également été sensibilisés.