Allez au contenu, Allez à la navigation

Maisons de retraite

15e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0099G de Mme Patricia Schillinger (Haut-Rhin - LaREM)

publiée dans le JO Sénat du 10/11/2017 - page 4667

Mme Patricia Schillinger. Ma question s'adresse à Mme la ministre des solidarités et de la santé.

Madame la ministre, vous avez lancé officiellement cette semaine la consultation publique en ligne sur la stratégie nationale de santé. Cette stratégie constituera le cadre de la politique menée par le Gouvernement en matière de santé pour les cinq prochaines années, avec pour thèmes prioritaires la prévention, la qualité et la pertinence des soins, l'innovation et la lutte contre les inégalités sociales et territoriales.

À la croisée de ces priorités, la prise en charge de la dépendance est aujourd'hui une question cruciale en termes de santé et de solidarité. Outre les personnes âgées en perte d'autonomie et leurs familles, tout un secteur s'inquiète pour l'avenir, notamment les personnels des EHPAD – établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes – et ceux de l'aide à domicile, épuisés, à la limite du burn-out et qui sont en demande de reconnaissance, y compris salariale.

Un grand chantier s'ouvre devant nous ! En 2050, la population de plus de 65 ans aura doublé et les dépenses pour la prise en charge de la dépendance pourraient elles aussi doubler en part de PIB.

Madame la ministre, au-delà du grand plan que vous avez lancé pour la création de 4 500 places supplémentaires en EHPAD, quelles orientations le Gouvernement souhaite-t-il prendre pour aborder résolument le chantier prioritaire de la prévention et de la prise en charge de la perte d'autonomie ? (Applaudissements sur les travées du groupe La République En Marche. – M. Jean-Pierre Sueur applaudit également.)



Réponse du Ministère des solidarités et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 10/11/2017 - page 4668

Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé. Vous avez raison, madame la sénatrice Schillinger, et je tiens à mon tour à saluer devant vous le formidable travail des personnels des EHPAD, qui sont effectivement, chacun à leur niveau, extrêmement engagés pour soutenir nos personnes âgées et qui donnent leur place tout entière à l'humanité au sein de ces établissements.

Vous avez également raison : aujourd'hui, il y a 1,5 million de personnes âgées de plus de 85 ans, il y en aura 4 millions en 2050 et nous devons donc réfléchir, sur le moyen et le long terme, à la place donnée à la dépendance dans notre société.

En ce qui concerne les personnels des EHPAD, la loi de décembre 2015 relative à l'adaptation de la société au vieillissement a mis en œuvre un plan des métiers de l'autonomie, qui a pour but de rendre les métiers de ce secteur plus attractifs et d'offrir aux salariés des perspectives de carrière et un véritable parcours professionnel.

S'agissant maintenant de leurs conditions de travail, j'ai lancé une mission sur la qualité de vie au travail afin de leur permettre d'assurer dans les meilleures conditions possible leur mission au chevet des personnes âgées.

Par ailleurs, vous l'avez dit, nous avons travaillé sur la part de la dépendance et des soins au sein des EHPAD et nous avons augmenté de 100 millions d'euros dans le PLFSS pour 2018 la part destinée aux soins pour l'année prochaine, de façon à aider les établissements à s'organiser. Nous avons également créé des postes d'infirmières de nuit, 4 500 places d'hébergement en EHPAD et plus de 1 500 places d'hébergement temporaire.

Toutefois, il faut réfléchir à l'avenir et, sur le long terme, j'ai demandé au Haut Conseil de la famille, de l'enfance et de l'âge, ainsi qu'au Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance maladie, le HCAAM, de réfléchir à ce que pourrait être la place de la dépendance dans notre société et aux besoins quantitatifs et qualitatifs de prise en charge médico-sociale et sanitaire à l'horizon 2030. Cette mission est engagée depuis le mois dernier et j'attends leurs conclusions. (Applaudissements sur les travées du groupe La République En Marche.)

M. le président. La parole est à Mme Patricia Schillinger, pour la réplique.

Mme Patricia Schillinger. Je remercie Mme la ministre pour sa détermination. Les personnels et les familles attendent des avancées rapides. (Applaudissements sur les travées du groupe La République En Marche.)