Allez au contenu, Allez à la navigation

Baisse de la compensation pour les communes de l'exonération des taxes locales décidées par l'État

15e législature

Question écrite n° 02020 de M. François Grosdidier (Moselle - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 16/11/2017 - page 3529

M. François Grosdidier attire l'attention de M. le ministre de l'action et des comptes publics sur la baisse de la compensation par l'État des exonérations des taxes locales décidées par l'État. Jusqu'à présent, prévalait le principe de compensation par l'État aux communes des taxes locales décidées par l'État. On constate aujourd'hui une forte diminution des attributions de compensation de ces exonérations et particulièrement de celles touchant la taxe sur le foncier bâti des logements sociaux ou encore le foncier non-bâti en zone Natura 2000. Cette baisse est d'autant plus grave qu'elle s'ajoute à la celle des dotations. Il lui demande quel est le montant global de ces compensations, par catégorie, au cours des quatre dernières années. Il lui demande si la baisse des allocations de compensation répond au principe constitutionnel de compensation et si le Gouvernement ne peut pas envisager de ne pas cumuler cette baisse des allocations de compensation avec la baisse des dotations.



Réponse du Ministère de l'action et des comptes publics

publiée dans le JO Sénat du 11/10/2018 - page 5146

Il convient tout d'abord de rappeler que les dotations ont été stabilisées, et sont même au global en légère hausse, dans la LFI pour 2018. Ensuite, aucun principe constitutionnel n'impose au législateur de compenser aux collectivités territoriales les diminutions de ressources fiscales au titre des exonérations obligatoires prévues par la loi. Toutefois, afin de limiter l'impact de ces diminutions de ressources, le législateur peut assortir aux mécanismes d'allègement de fiscalité des dispositifs de compensation pour les collectivités territoriales et les établissements publics de coopération intercommunale. Les compensations d'exonération de fiscalité locale appartiennent au périmètre des concours financiers de l'État au sens de l'article 16 de la loi n° 2018-32 du 22 janvier 2018 de programmation des finances publiques 2018-2022, qui prévoit que toute hausse d'un concours doit être « gagée » par une diminution équivalente d'un ou de plusieurs autres concours. Dès lors, les compensations sont par construction liées à l'évolution des dotations. C'est pourquoi, les montants des compensations d'exonération ont pu faire l'objet d'ajustements afin de tenir compte de l'évolution des montants à gager. Néanmoins, dans le but de prendre en compte la spécificité de certaines exonérations, le législateur a figé, respectivement au taux de 2014 et de 2016, les ajustements effectués sur les compensations relatives, d'une part, à l'abattement de 30 % de la base d'imposition à la taxe foncière sur les propriétés bâties des logements sociaux situés dans un quartier prioritaire de la politique de la ville et, d'autre part, à l'exonération de taxe foncière sur les propriétés non bâties en faveur des terrains situés dans un site Natura 2000.


Compensation versée au titre de l'exonération

référence CGI

2017

2016

2015

2014

Communes

EPCI

Département

Communes

EPCI

Département

Communes

EPCI

Département

Communes

EPCI

Département

TFPNB - Exonération de la part communale des terrains situés dans un site "Natura 2000"

article 1395 E

796 945

14 507

786 702

30 746

865 566

41 897

1 127 436

71 331

TFPB - Abattement de 30% sur les bases des logements à usage locatif situés dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (ZUS de 2006 à 2015)

article 1388 bis

62 179 670

4 093 793

à partir de 2017, le département n'est plus compensé au titre de l'abattement prévu à l'article 1388 bis du CGI

61 063 796

4 628 596

38 945 225

27 779 620

1 768 447

17 572 092

41 595 439

1 581 631

27 177 071

TFPB - Exonération des immeubles situés dans les quartiers prioritaires de la ville pour les créations et extensions d'établissements de commerce

    (à compter de 2016)

article 1383 C ter

1 608 833

105 387

1 049 582

3 474 185

218 061

2 397 847

TFPB - Logements sociaux

articles 1384, 1384 A, C et D et 1385

12 980 935

904 607

34 490 627

2 101 636

32 355 803

1 510 867

38 550 056

1 634 596

   NB : les données EPCI - TFPB incluent la part "départementale" de la Métropole de Lyon.    Source DGFIP