Allez au contenu, Allez à la navigation

Inégalités de traitement des enseignants

15e législature

Question écrite n° 02278 de M. Olivier Paccaud (Oise - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 30/11/2017 - page 3734

M. Olivier Paccaud attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur certaines inégalités de traitement des enseignants du primaire qui devraient être prises en considération.
Parmi les mesures phares du ministère, une volonté particulière est portée au niveau des réseaux d'éducation prioritaire (REP +) avec notamment le dédoublement des classes de CP (cours préparatoire) dès la rentrée 2017 puis des classes de CE1 (cours élémentaire première année) l'année suivante. Il a aussi été annoncé la mise en place d'une prime qui devrait atteindre 3 000 euros, notamment pour fidéliser les professeurs exerçant dans ces zones.
Sachant que les enseignants français sont sensiblement moins bien payés que leurs collègues européens, on ne peut que se féliciter de cette décision.
Néanmoins, il est regrettable que de nombreux autres enseignants « hors REP+ », dont les conditions de travail sont aussi compliquées, ne soient pas concernés par ce bonus financier.
Les enseignants, surtout dans les territoires ruraux, parfois confrontés à des double, triple et même dans certains cas des quadruple niveaux (sans compter les classes uniques, rarissimes désormais mais existant encore), mériteraient eux aussi cette prime.
Sans méconnaître les problématiques budgétaires, un minimum d'équité de traitement doit prévaloir, ne serait-ce que parce que la justice et le bon sens l'imposent, et car la lutte contre la « crise des vocations » passe inévitablement par une revalorisation salariale.
Il lui demande ce qu'il envisage à ce sujet.

Transmise au Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse



En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse.