Allez au contenu, Allez à la navigation

Recentralisation des programmes de Fip radio

15e législature

Question écrite n° 02296 de Mme Nathalie Delattre (Gironde - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 30/11/2017 - page 3731

Mme Nathalie Delattre attire l'attention de Mme la ministre de la culture sur la problématique de la recentralisation des programmes de Fip Radio par la direction de Radio France. En effet, radio locale hertzienne depuis plus de 45 ans au service des girondins, Fip radio est reconnue et appréciée de tous. Mondiale par son programme musical éclectique et de qualité, elle reste locale à travers la voix de ses animatrices qui annoncent l'actualité culturelle régionale chaque jour de 7 heures à 9 heures à Bordeaux sur la fréquence 96.7, à Arcachon sur 96,5 et sur fipradio.fr. L'auditeur girondin n'aura donc plus droit à des informations de proximité, à savoir quelques 800 annonces culturelles régionales mensuelles. À l'inverse, les acteurs culturels ne pourront plus valoriser et encourager la culture de proximité auprès d'auditeurs avertis. C'est pourquoi elle soutient que la mission du service public de Fip est de continuer à accompagner et promouvoir les initiatives culturelles locales là où elles sont organisées, à savoir en région. Elle lui demande donc de plaider la cause du caractère décentralisée de cette radio publique.



Réponse du Ministère de la culture

publiée dans le JO Sénat du 08/03/2018 - page 1068

La ministre de la culture tient, en premier lieu, à rappeler son attachement à la singularité de Radio France, qui en fait un symbole du service public. FIP, en particulier, est une radio singulière dans le paysage radiophonique, qui se caractérise par sa diversité musicale et son éclectisme. Radio France a entendu les préoccupations des acteurs culturels locaux et souhaité porter un nouveau projet pour FIP, valorisant la vie culturelle locale dans chacune de ses zones de diffusion et réaffirmant le rôle central de l'antenne de service public comme partenaire de concerts et de manifestations culturelles. Cette nouvelle ambition culturelle ne se traduit pas par un retrait de FIP des trois villes historiques (Bordeaux, Nantes, Strasbourg). Un pôle de production sera maintenu dans chacune de ces trois villes, qui permettra aux artistes ainsi qu'aux acteurs culturels locaux de garder un contact étroit avec l'antenne musicale et un lien de proximité avec ses équipes, tout en contribuant à l'antenne nationale grâce à la sélection d'informations culturelles. De même, ces initiatives locales seront mieux valorisées sur ses supports numériques, sachant que 75 % de l'audience de FIP est déjà numérique.