Allez au contenu, Allez à la navigation

TGV Paris-Strasbourg

15e législature

Question écrite n° 02571 de M. Guy-Dominique Kennel (Bas-Rhin - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 21/12/2017 - page 4599

M. Guy-Dominique Kennel attire l'attention de Mme la ministre, auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports sur la viabilité de la ligne des trains à grande vitesse reliant Paris à Strasbourg. Depuis le début du mois de décembre 2017, les TGV Paris/Strasbourg ou Strasbourg/Paris accusent des retards répétitifs de 20 à 50 minutes. Pire encore, le train Paris/Strasbourg du mardi 12 décembre 2017 dont le départ était programmé à 17h55 a accusé 3 heures de retard suite à une panne. Parallèlement, les tarifs proposés par la SNCF, et plus particulièrement pendant la période de l'avent et des fêtes de Noël explosent. Il faut compter en moyenne 210 euros pour un aller-retour Paris Strasbourg. Les mois de novembre et de décembre sont essentiels à l'activité touristique de Strasbourg et du département du Bas-Rhin : les marchés de noël, les illuminations ou les spectacles sont présents sur tout le territoire et accueillent chaque année 1,5 millions de visiteurs. Les retards accumulés et les tarifs pratiqués diminuent les efforts des collectivités locales dans le développement de leur attractivité. Il lui demande de bien vouloir publier un bilan de l'état mais aussi de la gestion de la ligne Paris-Strasbourg qui présente régulièrement des retards basés sur des pannes ou l'absence de conducteurs. Il lui demande aussi de bien vouloir présenter avec la SNCF les solutions qui pourraient être apportées.



Réponse du Ministère auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports

publiée dans le JO Sénat du 22/03/2018 - page 1391

La liaison TGV Paris – Strasbourg a effectivement connu des perturbations entre le 1er et le 15 décembre 2017, avec un taux de régularité (trains arrivés avec moins de 5 minutes de retard) de 84 % contre 91,4 % en moyenne sur l'année 2017. Cette dégradation de service est essentiellement due aux conditions météorologiques rencontrées début décembre, notamment les chutes de neige particulièrement abondantes. En conséquence, par mesure de sécurité, SNCF Mobilités a limité les vitesses pratiquées par ses trains, ce qui a ainsi causé des allongements de temps de parcours se traduisant par des retards d'une vingtaine de minutes. De plus, ces conditions ont également conduit à des dommages sur les équipements de voies et le matériel roulant, en raison de projections de ballast. Pour faire face à ces problèmes, SNCF Réseau a effectué les travaux de réparation nécessaires, tout en permettant la circulation des trains aux heures de pointe. Depuis le 16 décembre 2017, le taux de régularité des trains sur la liaison Paris – Strasbourg est ainsi remonté à un niveau plus satisfaisant (93 %). En ce qui concerne la tarification, SNCF Mobilités a adopté depuis 10 ans une politique basée sur le système du « yield management ». Il s'agit d'une méthode de fixation du prix des billets en fonction de la proximité de la date du départ et de l'importance de la demande. Durant la période considérée (du 1er au 15 décembre), la demande a été forte, ce qui s'est traduit par une augmentation des tarifs appliqués. Pour autant, les prix pratiqués entre Paris et Strasbourg ont connu, en moyenne sur l'ensemble des billets, une diminution significative de 3 % par rapport à la même période en 2016.