Allez au contenu, Allez à la navigation

Demande de maintien du taux de remboursement des APSI

15e législature

Question écrite n° 02875 de Mme Pascale Gruny (Aisne - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 25/01/2018 - page 276

Mme Pascale Gruny attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur les inquiétudes des allergologues quant aux conditions futures de prise en charge des allergènes préparés spécialement pour un seul individu (APSI). La Haute Autorité de santé (HAS) a ouvert en décembre 2017 une consultation publique au cours de laquelle tous les acteurs concernés sont invités à s'exprimer sur l'efficacité de ces produits, leur tolérance ainsi que leur place dans la prise en charge des allergies. La HAS ne rendra sa recommandation finale qu'à l'issue de cette consultation, mais la profession craint qu'elle aboutisse à une baisse du taux de remboursement des APSI sublinguaux de 65 % à 15 % et à un arrêt du remboursement des APSI injectables. Or, seule la moitié des assurances complémentaires de santé accepte de prendre en charge le ticket modérateur pour les médicaments remboursés à hauteur de 15 % par l'assurance maladie. En conséquence, la moitié des patients éligibles à l'immunothérapie allergénique risquerait d'être privée du jour au lendemain de ce traitement qui reste à ce jour sans alternative thérapeutique, le seul à pouvoir traiter les allergies respiratoires et modifier leur cours naturel en s'attaquant à la cause même de la maladie, contrairement aux médicaments symptomatiques. Une telle décision se traduirait également par un pouvoir d'attraction moindre de la profession et par une aggravation de la pathologie des patients qui seraient alors confrontés à une errance thérapeutique. À l'heure où l'allergologie est enfin reconnue comme discipline à part entière par la création du diplôme d'études spécialisées d'allergologie, et au moment où l'OMS prédit une épidémie de maladies allergiques à l'horizon 2050 (50 % de la population serait alors touchée), elle lui demande de lui indiquer comment elle entend répondre aux inquiétudes de la profession et si elle entend maintenir le taux actuel de remboursement des APSI.



En attente de réponse du Ministère des solidarités et de la santé.