Allez au contenu, Allez à la navigation

Fermeture de l'antenne Météo France de Montélimar

15e législature

Question écrite n° 03590 de M. Mathieu Darnaud (Ardèche - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 01/03/2018 - page 934

M. Mathieu Darnaud attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur le projet de restructuration de Météo France qui entraînera la fermeture de plusieurs antennes locales, notamment celle de Montélimar dans la Drôme d'ici 2022.

Même si les outils de prévisions sont de plus en plus performants, l'expertise de météorologues connaissant parfaitement leur zone géographique est un véritable atout offrant un service de qualité et une précision des prévisions à destination de la population mais aussi des services de l'État et des acteurs économiques (agriculteurs, secteur du bâtiment et des travaux publics…).

Ces prévisions affinées sont primordiales pour les arboriculteurs et viticulteurs drômois et ardéchois de la vallée du Rhône dont les cultures peuvent être touchées par des précipitations violentes (notamment de grêle) nécessitant la mise en place de dispositifs d'urgence de type brûleur à iodure d'argent dont le déclenchement est à l'initiative de Météo France.

Il souhaite donc connaître les mesures envisagées par le Gouvernement pour limiter la disparition des antennes locales de Météo France et permettre la continuité de ses services.

Transmise au Ministère de la transition écologique et solidaire



Réponse du Ministère de la transition écologique et solidaire

publiée dans le JO Sénat du 27/12/2018 - page 6812

Le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, est très vigilant quant à la qualité des services météorologiques et climatiques rendus par Météo-France au bénéfice de tous les acteurs des territoires dans le cadre de ses missions de service public. Les modalités d'exercice de ces missions évoluent en permanence, grâce en particulier à l'amélioration des performances des outils. D'une part, les progrès en matière de modélisation numérique du temps doivent permettre de consolider la finesse des prévisions météorologiques et climatiques. Afin d'assurer leur intégration dans la prévision opérationnelle, il est prévu de conforter les moyens de calcul de haute performance de l'établissement, ce qui permettra une meilleure anticipation des risques sur les territoires. D'autre part, l'objectif d'une haute qualité des prévisions météorologiques impose d'intégrer les progrès technologiques et scientifiques accomplis ces dernières décennies en matière de prévision numérique et de systèmes d'information et d'observation. Parallèlement, il importe d'optimiser les moyens des administrations et opérateurs de l'État. C'est pourquoi, il a été demandé au président-directeur général de Météo-France d'élaborer et de porter un projet global concernant l'établissement dans le cadre du programme Action Publique 2022. L'établissement est engagé depuis 2012 dans une nouvelle organisation du fonctionnement de son réseau territorial. Elle entraîne une réduction du nombre d'implantations, qui prend en compte les progrès techniques qui permettent d'assurer les services météorologiques et climatiques attendus par les bénéficiaires de Météo-France, sans maintenir une présence permanente physique d'agents de l'opérateur dans chaque département. Le contrat d'objectifs et de performance 2017-2021 de l'établissement a confirmé cette orientation et propose, pour les activités de sécurité des personnes et des biens et de prévision généraliste, une structuration du réseau territorial de Météo-France en métropole autour de sept centres météorologiques interrégionaux. Ainsi, les activités de climatologie et de prévision sur la Drôme seront progressivement reprises à l'échelle interdépartementale par une équipe de prévisionnistes assurant les prestations météorologiques avec les mêmes exigences de qualité qu'auparavant. Les agents actuellement en poste à Montélimar, intégrés à cette équipe de prévisionnistes, pourront continuer à exercer leur activité sur un périmètre géographique élargi depuis leur centre actuel. Les ressources de Météo-France seront à terme concentrées au sein du centre interrégional de Lyon-Bron au fur à mesure des départs des agents concernés.