Allez au contenu, Allez à la navigation

Présence de nitrite dans le jambon biologique

15e législature

Question écrite n° 06224 de M. Christian Cambon (Val-de-Marne - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 19/07/2018 - page 3545

M. Christian Cambon attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur la présence de nitrite dans le jambon biologique.

Les règles relatives à l'agriculture biologique sont strictes et imposent l'utilisation exclusive de produits naturels. Cela s'applique au sol où vivent les animaux mais aussi à la nourriture qui est donnée. Le label « AB » a été créé afin d'informer le consommateur sur le type d'agriculture lors de l'élevage de l'animal. Cependant, il est constaté que lors de la transformation de la viande de porc en jambon, il y a un ajout de nitrites E250, qui n'est bien évidemment pas naturel. Cela peut servir de conservateur mais en réalité ce nitrite permet de préserver la couleur rose du jambon. En plus, de l'asymétrie d'information pour le consommateur que constitue cet ajout, il y a un risque médical. En effet, dans un rapport, le centre international de recherche sur le cancer alertait sur le fait que les nitrites sont « probablement cancérigènes ».

Il est essentiel que le consommateur puisse se fier aux labels qui sont mis en place en faveur d'une consommation plus saine. Aussi, il lui demande quelles mesures il est prêt à prendre pour lutter contre cette désinformation.

Transmise au Ministère de l'économie et des finances



Réponse du Ministère de l'économie et des finances

publiée dans le JO Sénat du 08/11/2018 - page 5724

Les nitrites (E250) figurent dans la liste limitative des additifs autorisés en transformation par le règlement (CE) n° 889/2008 modifié portant modalités d'application du règlement (CE) n° 834/2007 du Conseil relatif à la production biologique (liste de l annexe VIII du règlement). Son utilisation permet d'inhiber le développement de bactéries pathogènes (Clostridium botulinum, Listeria monocytogenes, salmonelles) dans les charcuteries et donc de prévenir tout risque sanitaire. Cependant, le règlement UE précise que l'utilisation de cet additif en agriculture biologique est soumis à la condition suivante : « cet additif ne peut être employé que s'il a été démontré à la satisfaction de l'autorité compétente qu'il n'existe aucune alternative technologique donnant les mêmes garanties sanitaires et/ou permettant de maintenir les caractéristiques propres du produit ». Il était admis jusqu'à présent qu'il n'existait pas d'alternative naturelle efficace et satisfaisante. Toutefois, les opérateurs du secteur de la charcuterie travaillent sur d'autres moyens pour conserver les charcuteries sans employer de nitrites. Aussi la drection générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a saisi la Commission nationale de l'agriculture biologique (CNAB) de l'INAO (Institut national de l'origine et de la qualité) afin de faire procéder à un état des lieux de ces travaux. Si les résultats de cette expertise démontraient que des alternatives existent à l'utilisation de nitrates, les autorités compétentes pour l'agriculture biologique en France, à savoir la DGCCRF et l'INAO, seraient alors fondées à ne plus autoriser l'utilisation de cet additif pour la fabrication de produits biologiques.