Allez au contenu, Allez à la navigation

Statut des directeurs d'école

15e législature

Question écrite n° 06813 de M. Antoine Lefèvre (Aisne - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 20/09/2018 - page 4730

M. Antoine Lefèvre attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur le statut des directeurs d'école primaire. En septembre 2018, l'organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a appelé la France à revaloriser le statut et le rôle de ces directeurs, dont l'autonomie est extrêmement limitée, le salaire à peine supérieur de 7 % par rapport à celui d'un enseignant et la charge de travail augmentée depuis la suppression des contrats aidés, en particulier pour ceux ne bénéficiant pas de décharges. Dans une réponse publiée le 12 avril 2018 (Journal officiel des questions du Sénat, p. 1 779) à une précédente question n° 3110, il avait été répondu : « Le ministère de l'éducation nationale est pleinement conscient de la charge que représentent les tâches administratives pour les directeurs d'école… Pour l'année scolaire 2016-2017, sur 45 877 écoles publiques, 29 828 écoles bénéficiaient de décharges de service, soit 65 % ». Cela revient à dire que 35 % d'entre elles ne bénéficient pas de décharges…
Or, lors de la conférence de rentrée du 29 août 2018, il a évoqué des évaluations prochaines des élèves de cours préparatoire (CP) et des établissements. Sans autonomie décisionnaire quant aux dépenses au sein de leur école (demande à faire à la commune dont elle dépend) et devant suivre des décisions prises dans un cadre fixé par les autorités supérieures, les directeurs de ces écoles n'auront aucune marge de manœuvre pour tenter d'améliorer leur établissement. Il lui demande donc quelles sont les mesures prévues d'une part pour agrandir les marges de manœuvre, mais aussi pour revaloriser le statut et la rémunération de ces directeurs d'école d'autre part, et rendre ainsi plus attractive cette profession.

Transmise au Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse



En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse.