Allez au contenu, Allez à la navigation

Carte de collectionneur d'armes

15e législature

Question écrite n° 07526 de M. Antoine Lefèvre (Aisne - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 01/11/2018 - page 5533

M. Antoine Lefèvre attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur le problème posé aux collectionneurs par l'absence de prise en compte, dans le décret n° 2018-542 du 29 juin 2018, du délai de régularisation de détention des armes des personnes demandant la carte du collectionneur, et qui avait été prévu par la loi n° 2012-304 du 6 mars 2012. En effet, alors que le II de l'article 5 de la loi disposait : « Dans un délai de six mois à compter de l'entrée en vigueur du présent article, les personnes physiques et morales détenant des armes relevant de la catégorie C qui déposent une demande de carte de collectionneur d'armes et remplissent les conditions fixées aux I et II de l'article L. 2337-1-1 du code de la défense sont réputées avoir acquis et détenir ces armes dans des conditions régulières ». Lors de sa codification par l'ordonnance n° 2003-518 du 20 juin 2013, la phrase : « Dans un délai de six mois à compter de l'entrée en vigueur du présent article » a été remplacée par : « Dans un délai de six mois à compter du 6 septembre 2013 ». Or, dans les travaux parlementaires de la loi de 2012, le législateur avait bien marqué sa volonté de créer un délai de grâce pour la déclaration d'armes de catégorie C par les collectionneurs. Malheureusement, en l'absence de volonté de l'administration de rendre effective la carte du collectionneur, son décret d'application a mis plus de six ans avant d'être publié. La modification opérée par l'administration via l'ordonnance n° 2003-518 du 20 juin 2013 n'a pas été faite « à droit constant ». La même administration s'en sert de prétexte pour empêcher toute possibilité pour les collectionneurs de régulariser leur situation et ce, en contradiction avec la volonté première du législateur. La carte du collectionneur prévue par le législateur perd tout son intérêt et est vouée à l'échec. Aussi, dans la mesure où il est incompréhensible que l'administration refuse de permettre la régularisation, au titre de la carte du collectionneur, des armes qui « traînent dans la nature » alors qu'elle l'a accordé six ans plus tôt aux chasseurs et aux tireurs sportifs, il lui demande s'il entend réintroduire au profit des collectionneurs un délai de six mois à compter du 1er janvier 2019 de nature à permettre la régularisation des armes qu'ils déclareront au titre de la carte du collectionneur lors de sa mise en place effective.



En attente de réponse du Ministère de l'intérieur.