Allez au contenu, Allez à la navigation

Moyens consacrés à la lutte contre les violences faites aux femmes

15e législature

Question écrite n° 08531 de Mme Laurence Cohen (Val-de-Marne - CRCE)

publiée dans le JO Sénat du 24/01/2019 - page 372

Mme Laurence Cohen interroge Mme la secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, sur les moyens nécessaires pour lutter contre les violences faites aux femmes.
En effet, le haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes a publié une évaluation intermédiaire du cinquième plan interministériel (2017-2019) et de la politique contre les violences faites aux femmes.
Si ce bilan montre que des améliorations ont été possibles grâce aux politiques publiques menées depuis des années, il montre également la persistance des violences faites aux femmes et l'insuffisance des moyens consacrés.
Cette insuffisance est également dénoncée dans le rapport de 2018 « où est l'argent contre les violences faites aux femmes ? » élaboré par le conseil économique, social et environnemental (CESE), la fondation des femmes, le fonds pour les femmes en méditerranée (FFMED), le haut conseil à l'égalité (HCE) et le « women's worldwide web » (W4).
Dans ce rapport, comparant de façon très détaillée, action par action, les moyens existants et les moyens nécessaires, il est établi que le besoin financier minimum pour une prise en charge de qualité des femmes victimes de violences conjugales s'élève à environ 506 millions d'euros, alors que les ressources actuellement mobilisées atteignent 79 millions d'euros, soit six fois moins.
Aussi, elle lui demande si le Gouvernement, qui a fait de l'égalité entre les femmes et les hommes la grande cause du quinquennat, entend tenir compte de ce rapport et augmenter considérablement les moyens consacrés à la lutte contre les violences faites aux femmes.



En attente de réponse du Secrétariat d'État auprès du Premier ministre, chargé de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations.