Allez au contenu, Allez à la navigation

Inégalités scolaires d'origine territoriale

15e législature

Question écrite n° 09007 de M. Jean-Noël Guérini (Bouches-du-Rhône - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 21/02/2019 - page 926

M. Jean-Noël Guérini appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse sur les difficultés à offrir une éducation de même qualité sur tous les territoires.
En octobre 2018, le conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco) a publié un « Panorama des inégalités scolaires d'origine territoriale dans les collèges d'Île-de-France ». Grâce à une méthode d'évaluation très fine fondée sur la plus petite unité géographie établie par l'institut national des statistiques et des études économiques (Insee), il a pu révéler des inégalités jusqu'alors invisibles. Alors que le taux de réussite au diplôme national du brevet (DNB) s'élève à 87,3 % en Île-de-France, chiffre élevé et rassurant, ce taux aux seules épreuves écrites varie du simple au double selon le territoire, de 57,5 % dans les plus favorisés à 24,3 % dans ceux qui cumulent le plus de difficultés socio-économiques. Malheureusement, les territoires les plus défavorisés sont aussi ceux qui accueillent les enseignants les plus jeunes et inexpérimentés (30,1 % contre 9,6 %), recrutent trois fois plus de contractuels et connaissent un taux de stabilité (taux d'enseignants demeurant au-delà de huit ans dans le même établissement) deux fois plus faible.
En conséquence, afin de lutter contre les cumuls d'inégalités, il lui demande s'il compte inspirer son action des suggestions du Cnesco : meilleur accueil des jeunes enseignants, programme de mentorat spécifique, développement d'un cadre de vie plus attractif (logement, crèches…).



En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse.