Allez au contenu, Allez à la navigation

Maintien de la liaison aérienne Quimper-Paris

15e législature

Question écrite n° 09108 de M. Philippe Paul (Finistère - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 21/02/2019 - page 948

M. Philippe Paul appelle l'attention de Mme la ministre, auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports sur la récente décision de la compagnie Hop ! de suspendre à compter du 26 octobre 2019 la ligne Quimper-Paris. Cette décision s'ajoute aux nombreux retards et annulations de vols qui affectent malheureusement cette ligne. Elle survient au moment où l'État signe avec la région Bretagne un pacte d'accessibilité. Parmi les engagements de ce pacte, figure l'engagement n° 10 ainsi rédigé : « l'État et la région valident le principe d'une obligation de service public (OSP) pour la liaison Quimper-Paris Orly. L'État apportera son concours pour faciliter l'acceptation par la Commission européenne de cette initiative et la soutiendra financièrement, en appui des collectivités. » Suite à cette décision et à cet engagement, il lui demande d'une part un bilan de régularité et de ponctualité des vols Quimper-Paris et Paris-Quimper depuis le 1er janvier 2018 et d'autre part, le plus important, de veiller à la mise en œuvre de cette OSP dans les meilleurs délais afin que cette liaison aérienne, dont l'importance n'est plus à démontrer pour l'attractivité et le développement économiques comme touristiques de la Cornouaille, ne soit pas interrompue à la rentrée prochaine et retrouve, enfin, les conditions d'un fonctionnement régulier, sans retards ni annulations.



Réponse du Ministère auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports

publiée dans le JO Sénat du 09/05/2019 - page 2540

La liaison aérienne entre Paris (Orly) et Quimper, indispensable à l'accessibilité aérienne du territoire de Cornouaille et exploitée par Air France Hop, a effectivement connu une qualité de service dégradée. Depuis janvier 2018, le taux d'annulation moyen est de 7 % ; deux tiers des vols annulés l'ont été en raison de problèmes techniques ou d'équipage. Par ailleurs sur la même période, 25 % des vols sont partis avec plus de 15 mn de retard. On note toutefois une amélioration depuis les six derniers mois, avec une baisse du taux d'annulation moyen à 4,9 % et du retard moyen au départ de plus de 15 mn à 20,5 %. Attentif au développement de l'accessibilité aérienne et au désenclavement de nos territoires et à l'écoute des besoins de ces derniers, le Gouvernement a décidé, le 5 mars dernier, d'imposer des obligations de service public (OSP) sur cette liaison et a délégué au conseil régional de Bretagne l'organisation de services aériens associés. Ces OSP, calquées sur l'offre actuelle, permettront de sécuriser l'exploitation de la liaison, alors que la compagnie Air France Hop a annoncé la suspension de ses services à la fin de l'été 2019, faute de résultats économiques suffisants. Elles donneront également aux pouvoirs publics le moyen d'agir en vue de garantir une qualité de service satisfaisante. Définies en lien avec la région Bretagne, les OSP ouvrent par ailleurs la voie à la mise en place, à compter du 27 octobre 2019, d'une délégation de service public, à l'issue d'une procédure d'appel d'offres. Conformément aux engagements pris à Quimper le 21 juin 2018 par le Président de la République, et réaffirmés dans le pacte d'accessibilité et de mobilité pour la Bretagne, signé le 8 février 2019 en présence du Premier ministre, l'État participera au financement de cette liaison.