Allez au contenu, Allez à la navigation

Conséquences des dégradations de radars automatiques

15e législature

Question écrite n° 09635 de M. Bernard Jomier (Paris - SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 28/03/2019 - page 1631

M. Bernard Jomier interroge Mme la ministre des solidarités et de la santé sur les conséquences des dégradations de radars automatiques, en particulier depuis la diminution de la vitesse à 80 km/h sur certaines routes françaises. Le 1er mars 2019, le ministre de l'intérieur annonçait que 75 % des radars automatiques, soit près de 2 500, avaient été dégradés ou détruits depuis la mi-novembre 2018. Il établissait un lien direct entre les dégâts subis par les cabines de contrôle et les chiffres de la mortalité routière qui, en janvier, augmentaient de 3,9 %. Les radars ne fonctionnant pas, les automobilistes ont tendance à rouler plus vite. Le 1er mars 2019, la ministre des transports annonçait une hausse de 270 % des excès de vitesse. Il y a bien une relation entre la vitesse et le nombre d'accidents sur les routes. Il souhaite savoir si, durant le premier trimestre 2019, une évaluation de l'activité hospitalière en matière de traumatologie a été menée et quels sont les résultats en nombre de blessés et de décès constatés par rapport aux périodes précédentes.

Transmise au Ministère de l'intérieur



En attente de réponse du Ministère de l'intérieur.