Allez au contenu, Allez à la navigation

Suppression de ligne et politique tarifaire de la SNCF

15e législature

Question écrite n° 09639 de Mme Vivette Lopez (Gard - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 28/03/2019 - page 1641

Mme Vivette Lopez attire l'attention de Mme la ministre, auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports sur les difficultés auxquelles se trouvent confrontés de nombreux usagers quotidiens du train depuis la suppression de la ligne Avignon-Marseille.
En effet, depuis le 10 décembre 2018, entre Avignon et Marseille, les principaux TGV (de 17h46 à 20h00) ont été supprimés et remplacés par un OUIGO à 18h14. Il s'avère donc dorénavant impossible aux personnes se déplaçant quotidiennement à Marseille pour leur travail de rentrer après 17h30 à leur domicile.
Actuellement, seuls les abonnés annuels peuvent avoir une carte d'accès aux trains OUIGO, au détriment des abonnés mensuels dont l'abonnement n'est pas valable sur ces trains-là et se trouvent donc lésés, à la fois financièrement et dans leur organisation des trajets domicile-travail.
À l'heure où le Gouvernement veut permettre à chacun des solutions de déplacements à la hauteur des enjeux de transition écologique, ce manque de souplesse étonne car il ne semble ni encourager le développement des transports non polluants, ni favoriser la mobilité des usagers.
Elle lui demande en l'occurrence si, à défaut de pouvoir inscrire une rame supplémentaire de TGV, il serait possible d'envisager une convention qui permettrait aux abonnés du TGV classique de prendre le OUIGO. Cet avantage tarifaire apporterait, d'une part, une réponse immédiate à l'inconfort dans lequel se trouvent actuellement les abonnés mensuels et s'inscrirait, en outre, dans une démarche de développement des offres de mobilité que chacun appelle de ses vœux.

Transmise au Secrétariat d'État auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports



Réponse du Secrétariat d'État auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports

publiée dans le JO Sénat du 05/12/2019 - page 6053

Depuis 2013, SNCF Mobilités développe une offre TGV aux tarifs très accessibles (OUIGO), pour ouvrir l'accès aux services grande vitesse à des voyageurs principalement sensibles aux prix. Face au succès croissant de cette nouvelle offre, SNCF Mobilités a souhaité, au service annuel 2019, poursuivre le développement de OUIGO en région Provence Alpes Côte d'Azur. Le déploiement de trains OUIGO s'accompagne toutefois de nécessaires ajustements du plan de dessertes grande vitesse, pour prendre en considération les critères techniques, économiques et commerciaux spécifiques à cette offre. C'est ce raisonnement qui s'applique à la liaison Marseille – Avignon, sur laquelle certains TGV classiques ont été remplacés par des trains OUIGO. Ces évolutions se sont ainsi traduites par des modifications horaires de l'offre grande vitesse, notamment en fin de journée, entre Marseille et Avignon. SNCF Mobilités a en effet positionné deux trains OUIGO au départ de Marseille à 17h41 et 18h14, se substituant aux TGV de 17h58 et 19h06. SNCF Mobilités a toutefois assuré le maintien de départs TGV classiques à 17h46 et 20h01 qui peuvent être empruntés par les détenteurs d'un abonnement de travail. En complément de ces évolutions horaires, SNCF Mobilités finalise le renouvellement de son parc TGV, avec le déploiement de nouvelles rames à deux niveaux (DUPLEX), non seulement plus confortables et plus fiables, mais surtout en mesure d'accueillir plus de voyageurs. SNCF Mobilités s'engage en outre, pour l'année 2020, à retravailler le plan de transport grande vitesse entre Marseille et Avignon de manière à combler le creux d'offre de fin de journée (entre 18h14 et 20h01). Par ailleurs, pour cette année, les détenteurs d'un abonnement TGV annuel entre Marseille et Avignon sont autorisés à emprunter le OUIGO de 18h14, évitant ainsi à ces voyageurs réguliers d'attendre le train suivant de 20h01. Conscient des enjeux liés aux dessertes TGV, le Gouvernement est enfin très attaché à la qualité du dialogue qu'il est essentiel d'instaurer entre SNCF Mobilités et les territoires. La loi n° 2018-515 du 27 juin 2018 pour un nouveau pacte ferroviaire a ainsi prévu de créer à partir de décembre 2020 une procédure d'information obligatoire des territoires par les entreprises ferroviaires avant toute évolution de desserte TGV.