Allez au contenu, Allez à la navigation

Emplois industriels menacés dans le Haut Val-d'Oise

15e législature

Question écrite n° 09821 de M. Rachid Temal (Val-d'Oise - SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 04/04/2019 - page 1769

M. Rachid Temal attire l'attention de M. le ministre de l'économie et des finances sur la situation de l'usine VM Building située sur la ville de Bray-et-Lû, dont la production principale, comptabilisant quatre-vingt-sept emplois (cinquante-sept contrats à durée indéterminée et trente emplois intérimaires), devrait fermer ses portes à l'horizon 2020 et dont une partie serait délocalisée en Belgique, Allemagne et Slovaquie.

Le groupe auquel appartient la société VM Building présentant des chiffres confortables (700 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019), les raisons à l'origine de ces choix ne reposent que sur une logique d'optimisation de la rentabilité. Cette société a toujours pu compter sur le soutien actif, parfois financier, des pouvoirs publics (200 000 euros lui ont été prêtés), et notamment des collectivités locales qui subiront de plein fouet les impacts de cette décision, les effets de ces destructions d'emploi ne se mesurant pas uniquement au regard des personnes directement touchées mais en prenant également en compte l'effet domino sur le bassin de vie (commerçants, sous-traitants, culture, loisirs).

Phénomène d'autant plus préoccupant que le Haut Val-d'Oise, dans lequel est situé cette entreprise, subit déjà les conséquences de son éloignement des bassins économiques attractifs et des moyens de mobilité. Cette situation ne pourra donc qu'accroître le sentiment de relégation et d'exclusion déjà important du territoire.

Dans ce dossier, les salariés comme les élus locaux ont fait preuve de responsabilité, faisant de la conciliation afin de préserver l'emploi et cette activité économique dans l'agglomération la priorité.

Aussi, il lui demande quelles actions et mesures urgentes l'État entend mettre en œuvre afin que les emplois et l'activité économique soient préservés sur le territoire.



Réponse du Ministère de l'économie et des finances

publiée dans le JO Sénat du 28/11/2019 - page 5930

VM Building Solutions est le principal fabricant et fournisseur d'applications en zinc pour l'industrie de la construction tant en Europe qu'en Amérique du Nord, en Australie et dans plusieurs pays asiatiques. L'entreprise emploie 950 personnes et dispose de sept sites de production, dont trois en France : Auby dans le Nord, Bray-et-Lû dans le Val-d'Oise et près de Rodez. Le site VM Buildings de Bray-sur-Lû emploie 138 personnes. Le site est spécialisé dans le façonnage et la fabrication d'éléments en zinc et en caoutchouc essentiellement destinés au marché de la construction et du bâtiment (application en couverture et évacuation des eaux pluviales). Le groupe belge Fedrus (CA 600 M€, effectif 1 550 pers.) qui a repris VM Building Solutions en 2018, vient d'annoncer en février 2019 un plan de sauvegarde de l'emploi portant sur 57 suppressions de postes et 28 transferts de postes sur le site VM Buildings d'Auby. La procédure d'information-consultation a débuté le 12 mars et devait se terminer au plus tard le 12 juin. Sous l'autorité du préfet, les services de l'État, sont vigilants à la bonne tenue de ce plan de sauvegarde de l'emploi et au plein respect de la loi. Ils sont attentifs à ce que les suppressions d'emplois soient limitées au strict nécessaire pour la sauvegarde du site, que l'accompagnement des salariés licenciés ou déplacés soit de qualité et que, dans le contexte économique de l'entreprise, la meilleure solution pour les salariés, le maintien du site et le territoire soit mise en place.