Allez au contenu, Allez à la navigation

Initiation à la santé au lycée

15e législature

Question orale n° 0809S de M. Michel Canevet (Finistère - UC)

publiée dans le JO Sénat du 23/05/2019 - page 2660

M. Michel Canevet attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse sur la question de l'initiation des lycéens à la santé.

Le système de santé évolue à un rythme rapide. Nouvelles technologies, virages préventif et ambulatoire, usage croissant des conseils en ligne par les patients... Autant de variables qui remodèlent actuellement les relations entre soignants et soignés, entre professionnels de santé et citoyens plus généralement.

Toutes ces évolutions ne peuvent être réussies que si elles associent pleinement l'ensemble des acteurs y prenant part. L'intégration de l'usager au cœur de notre système de santé est aujourd'hui incontournable, aussi bien en lui faisant une place dans les instances décisionnelles qu'en en faisant un acteur déterminant de sa propre santé.

Cependant, ceci présuppose que l'usager soit capable de se saisir, en connaissance, de ces sujets. Force est de constater que l'information, particulièrement en direction des jeunes générations, n'est pas forcément parfaite. Le sujet étant complexe, et touchant à la santé, donc au corps humain dans ce qu'il a de plus fragile, il importe d'offrir des connaissances de base aux jeunes citoyens.

En ce qu'elle apporte à chaque Français les outils pour agir en citoyen éclairé, l'école de la République semble être l'institution propice pour répondre à ces enjeux. Or, il n'existe pas aujourd'hui de module d'initiation à la santé pour tous les lycéens, afin que ceux-ci soient demain mis en capacité d'être acteurs de leur santé individuelle. En mettant en place un tel système, les élèves pourraient ainsi comprendre le système de santé pour mieux s'y orienter, se responsabiliser, et surtout apprendre à gérer leurs données de santé à l'ère du numérique. Cela permettrait par la même occasion de contribuer à la démocratisation en cours du savoir médical, et d'accroître la prévention auprès des jeunes. Un tel module pourrait être coordonné par les agences régionales de santé (ARS) et les rectorats, faisant intervenir différents professionnels de santé.

Face à ce constat, il lui demande son avis sur la mise en place d'une véritable initiation à la santé au lycée, voire au collège, et s'il pense que, dans le contexte global de réforme de l'enseignement, une expérimentation d'un tel dispositif serait envisageable.



En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse.