Allez au contenu, Allez à la navigation

Prise en charge de la perte d'autonomie

15e législature

Question écrite n° 10208 de M. Alain Fouché (Vienne - Les Indépendants)

publiée dans le JO Sénat du 02/05/2019 - page 2337

M. Alain Fouché attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la prise en charge de la dépendance. Alors que 6 % des Français ont plus de 75 ans et que la durée de vie s'allonge - ils seront près du double à l'horizon 2050 - la question de leur prise en charge continue de se poser. Deux tiers des Français sont inquiets et 85 % d'entre eux (selon un sondage Harris-Interactive) estiment que les pouvoirs publics n'anticipent pas suffisamment le sujet du grand âge. Le coût de la dépendance, qu'il s'agisse des soins, de la perte d'autonomie ou de l'hébergement est aujourd'hui supporté en grande partie par les finances de l'État et les collectivités, en particulier les départements, avec un reste à charge pour les familles. Or, ces sommes vont s'amplifier fortement dans les années qui viennent et le reste à charge pour les familles va fortement augmenter si des mesures ne sont pas prises dès maintenant. Les conséquences financières pour les ménages et pour les collectivités vont s'accroître. En 2016, la retraite moyenne des Français était de 1 294 euros net alors que le coût de l'hébergement en structure spécialisée est en moyenne de deux fois plus, il est urgent de faire les réformes qui s'imposent notamment en ce qui concerne la prise en charge du maintien à domicile. Dès 2016, la loi n° 2015-1776 du 28 décembre 2015 relative à l'adaptation de la société au vieillissement alloue 700 millions d'euros par an à de nouvelles mesures pour encourager ce maintien à domicile. L'actuel système de financement montre indéniablement ses limites et semble toujours très inégalitaire suivant les territoires. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui apporter des précisions sur le coût précis de la dépendance et sur les orientations que souhaite prendre le Gouvernement dans ce domaine. Par ailleurs, il souhaite savoir si une évaluation de la loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement a été réalisée.



En attente de réponse du Ministère des solidarités et de la santé.