Allez au contenu, Allez à la navigation

Politique vaccinale dans notre pays

15e législature

Question écrite n° 10215 de M. Arnaud Bazin (Val-d'Oise - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 02/05/2019 - page 2338

M. Arnaud Bazin attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la politique vaccinale dans notre pays.

Alors que le scepticisme sur les vaccins et leurs effets secondaires s'enracine, la semaine européenne de la vaccination, qui s'achèvera le 30 avril 2019 vise à faire passer le message des médecins selon lequel la vaccination reste encore le moyen le plus efficace pour lutter contre de nombreuses maladies infectieuses.

Ainsi, les rappels de vaccination obligatoire sont indispensables, notamment pour les adultes qui oublient parfois d'y procéder.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la vaccination permet d'éviter chaque année entre deux et trois millions de décès dans le monde.

Il lui demande donc de bien vouloir lui préciser les autres mesures qu'elle envisage de prendre pour renforcer la politique vaccinale tant pour les enfants que pour les adultes.



Réponse du Ministère des solidarités et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 07/11/2019 - page 5642

Le Plan Priorité Prévention mis en place le 26 mars 2018 lors d'un comité interministériel pour la santé contient plusieurs mesures de politique vaccinale visant à simplifier le parcours vaccinal des citoyens et à multiplier les opportunités vaccinales. Outre la mise en place de l'extension des obligations vaccinales de trois à onze maladies chez le nourrisson, plusieurs mesures et expérimentations ont été mises en œuvre. Parmi elles, la généralisation de la vaccination contre la grippe saisonnière par les pharmaciens d'officine entrée en vigueur en octobre 2019, après deux années d'expérimentation. Ainsi, chaque citoyen qui désire se faire vacciner contre la grippe peut désormais soit s'adresser à un médecin, un infirmier, un pharmacien ou une sage-femme. Une expérimentation visant à mettre à disposition des stocks de vaccins chez des médecins généralistes et des sages-femmes va débuter en 2020. D'autres expérimentations ciblées sur certaines vaccinations, comme la vaccination contre la grippe des professionnels de santé ou contre les infections à papillomavirus ont débuté à la rentrée 2019. Ces expérimentations visent à améliorer les pratiques des professionnels de santé en matière de vaccination pour in fine améliorer la couverture vaccinale de la population. En parallèle, de nombreuses actions de promotion de la vaccination et de sensibilisation des Français à cette démarche de prévention majeure des maladies infectieuses se sont intensifiées et largement développées ces dernières années sur différents supports et médias. À destination du grand public, des documents pédagogiques, des brochures d'information sur les différentes maladies à prévention vaccinale sont éditées et diffusées par Santé publique France et l'institut national du cancer pour ce qui concerne la vaccination contre les papillomavirus humains. Des documents et outils plus techniques sont également diffusés aux professionnels de santé. En 2017, un site d'information et de promotion de la vaccination à destination du grand public (vaccination-info-service.fr) a été lancé. Il vise à informer et expliquer de manière scientifique et objective les enjeux liés à la vaccination. Ce site s'est enrichi en 2018 d'une section réservée aux professionnels. L'ensemble des ordres des professions de santé (médecins, pharmaciens, sages-femmes, infirmiers, chirurgiens-dentistes, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues) ont signé en octobre 2018 avec la ministre en charge de la santé, une charte d'engagement en faveur de la vaccination contre la grippe saisonnière. Pour la première fois, en France, une large campagne de communication radio-télé a été lancée en avril 2019 visant à promouvoir la vaccination. Des premiers résultats encourageants montrent un regain de la confiance en la vaccination des Français. Le Baromètre santé, effectué chaque année auprès d'un échantillon représentatif de la population française, montre, en 2018, un gain de 3 % des opinions favorables à la vaccination par rapport à 2017. Une étude menée en février 2019, auprès de parents d'enfant de moins de 2 ans, fournit également des éléments très positifs, en comparaison avec la même étude effectuée quelque mois plus tôt en 2018. L'importance de la vaccination pour la santé des enfants (91 %) et pour la protection de la collectivité (87 %) progresse nettement dans l'opinion des parents (+ 5 points par rapport à juin 2018). Près de neuf parents sur dix (86 %) adhèrent à l'idée que les nouvelles obligations vaccinales vont permettre d'augmenter le nombre de personnes vaccinées en France, et pour les trois quarts, réduire les épidémies (77 %).Ces premiers résultats encourageants méritent d'être amplifiés et poursuivis afin que la population retrouve une pleine confiance en la vaccination.