Allez au contenu, Allez à la navigation

Insuffisance des moyens dans les collèges

15e législature

Question écrite n° 10276 de M. Patrick Chaize (Ain - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 09/05/2019 - page 2483

M. Patrick Chaize appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse sur les difficultés rencontrées dans les établissements du second degré, notamment dans les collèges.
Comme le démontrent les données issues de la division de l'évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse, les effectifs des élèves du second degré augmentent très fortement. Cette tendance doit se confirmer à chaque rentrée scolaire jusqu'en 2022. Liée à la démographie, l'augmentation des effectifs devrait d'ailleurs être particulièrement marquée entre 2019 et 2021 avec environ 40 000 élèves supplémentaires attendus chaque rentrée.
Suivant ces éléments, il n'est pas concevable d'envisager des « leviers d'économie » dans le second degré, du moins pas sur les moyens en nombre d'heures de cours, si la volonté gouvernementale est bien de conserver le même taux d'encadrement et donc la qualité de l'offre éducative en France.
L'Ain est un département particulièrement concerné par la hausse d'effectif dans les collèges, avec une ampleur plus forte comparée à la moyenne nationale. On observe en effet l'équation suivante pour la prochaine rentrée scolaire, soit 549 élèves supplémentaires avec deux classes en moins, soit exactement vingt-sept élèves par classe. Si l'administration opère quelques ajustements en juin, ces données laissent néanmoins craindre qu'ils ne correspondent pas à la création de vingt-deux classes supplémentaires dont auraient pourtant besoin les collèges de l'Ain pour conserver le taux d'encadrement de l'année en cours, lui-même déjà dégradé par rapport à 2017.
Si la volonté affichée est bien d'accompagner chaque élève vers la réussite en facilitant ses apprentissages, force est de constater que les collèges subissent une diminution du taux d'encadrement, ce qui ne permet pas d'offrir aux élèves des conditions d'enseignement qui soient satisfaisantes.
Face à cette dégradation du cadre de travail, il lui demande quelles mesures il entend prendre pour rétablir les moyens qui s'imposent dans le souci de préparer au mieux nos enfants à leur avenir.



En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse.