Allez au contenu, Allez à la navigation

Clarification de l'utilisation de herses par la police municipale

15e législature

Question écrite n° 10283 de Mme Claudine Thomas (Seine-et-Marne - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 09/05/2019 - page 2486

Mme Claudine Thomas attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur le vide juridique existant en matière d'utilisation des herses par la police municipale.
Lors d'opérations de sécurité mobile, les forces de sécurité peuvent être amenées à utiliser des herses afin de bloquer l'accès routier vers une zone à protéger ou d'empêcher un véhicule de poursuivre sa route.
La législation est claire : pour les gendarmes, c'est l'article L. 2338-3 du code de la défense qui régit leurs droits, droits qui ont été élargis aux gendarmes adjoints volontaires avec la loi n° 2015-917 du 28 juillet 2015.
Pour la police nationale, c'est l'article L. 214-2 du code de la sécurité intérieure.
Pour les douanes, mais également d'autres institutions ou structures privées telles que les ambassades, les centrales nucléaires ou les supermarchés, l'utilisation de ces équipements d'interception est autorisée.
En revanche, aucun texte n'existe concernant l'usage de herses par la police municipale spécifiant toute autorisation ou interdiction.
Au regard de ce flou juridique, elle lui demande par conséquent ce que le Gouvernement envisage de faire afin qu'une disposition soit prévue dans un projet de loi à venir, prévoyant l'autorisation expresse d'utilisation de dispositifs bloquants amovibles par les agents de la police municipale.



En attente de réponse du Ministère de l'intérieur.