Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet d'implantation d'un parc éolien sur l'estuaire de la Gironde

15e législature

Question orale n° 0833S de Mme Florence Lassarade (Gironde - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 13/06/2019 - page 3016

Mme Florence Lassarade appelle l'attention de M. le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur le projet d'implantation d'un parc éolien sur l'estuaire de la Gironde, dit « du Blayais ». Ce projet prévoit l'implantation d'une quarantaine d'éoliennes de 180 mètres chacune par EDF entre Blaye et Mortagne-sur-Gironde. Cette zone est une zone humide classée Natura 2000 et une zone de protection spéciale (ZPS) de la directive 2009/147/CE du Parlement européen et du Conseil du 30 novembre 2009 concernant la conservation des oiseaux sauvages. Elle abrite de nombreuses espèces animales et végétales classées, dont certaines sont en voie de disparition. L'estuaire est aussi un important couloir pour les oiseaux migrateurs ainsi qu'un espace de repos. L'implantation de ce parc éolien constitue une menace importante pour la biodiversité de cette zone. De plus, l'implantation d'un tel parc pose la question de son futur démantèlement à horizon d'une vingtaine d'années. La réalisation de ce parc aurait aussi une incidence considérable sur le tourisme fluvial, et sur l'œno et l'agro-tourisme. Le développement du projet hydrolien qui figure dans le contrat de partenariat autour du grand port maritime de Bordeaux pourrait être une solution alternative plus respectueuse de l'environnement et de l'économie locale. L'hydrolien présente en outre l'avantage d'avoir un rendement supérieur à celui des éoliennes. Ce projet éolien a déjà suscité de nombreuses oppositions en Gironde et en Charente-Maritime. Au regard de ces éléments, elle souhaiterait savoir quel projet le Gouvernement entend privilégier pour l'estuaire de la Gironde.

Transmise au Ministère de la transition écologique et solidaire



Réponse du Secrétariat d'État auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire

publiée dans le JO Sénat du 16/10/2019 - page 13140

Mme Florence Lassarade. Madame la secrétaire d'État, ma question porte sur le projet d'implantation d'un parc éolien sur l'estuaire de la Gironde, dit « du Blayais ». Ce projet prévoit l'implantation d'une quarantaine d'éoliennes de 180 mètres chacune par EDF entre Blaye et Mortagne-sur-Gironde.

Cette zone est une zone humide classée Natura 2000 et une zone de protection spéciale au titre de la directive 2009/147/CE du 30 novembre 2009 du Parlement européen et du Conseil concernant la conservation des oiseaux sauvages. Elle abrite de nombreuses espèces animales et végétales classées, dont certaines sont en voie de disparition. L'estuaire est aussi un important couloir pour les oiseaux migrateurs, ainsi qu'un espace de repos.

L'implantation de ce parc éolien constituerait une menace importante pour la biodiversité de cette zone. Elle pose aussi la question de son futur démantèlement à l'horizon d'une vingtaine d'années. Enfin, la réalisation d'un parc d'éoliennes dans l'estuaire de la Gironde aurait aussi une incidence considérable sur le tourisme fluvial, ainsi que sur l'œno et l'agro-tourisme.

Le développement du projet hydrolien qui figure dans le contrat de partenariat autour du grand port maritime de Bordeaux pourrait être une solution alternative plus respectueuse de l'environnement et de l'économie locale. L'hydrolien présente en outre l'avantage d'avoir un rendement supérieur à celui des éoliennes.

Ce projet éolien a déjà suscité de nombreuses oppositions en Gironde et en Charente-Maritime. C'est pourquoi, madame la secrétaire d'État, je souhaiterais savoir quel projet le Gouvernement entend privilégier pour l'estuaire de la Gironde.

Mme la présidente. La parole est à Mme la secrétaire d'État.

Mme Brune Poirson, secrétaire d'État auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire. Madame la sénatrice Lassarade, le Parlement a confirmé récemment, dans la loi Énergie-climat, que 40 % de l'électricité produite en France devra être d'origine renouvelable en 2030. C'est un objectif très demandé par nos concitoyens.

Peu de technologies renouvelables sont aussi matures et compétitives que l'éolien. Ainsi, le projet de programmation pluriannuelle de l'énergie prévoit plus du doublement de la capacité éolienne terrestre raccordée d'ici à 2028. Cette ambition ne sera atteinte que si tous les territoires participent au développement de l'énergie éolienne, qui est, je le rappelle, compétitive. Or la Gironde fait partie des 27 départements qui ne comptent aucune éolienne en fonctionnement sur leur territoire. Ainsi, non seulement dans un souci d'équité, mais aussi pour des raisons techniques, l'énergie renouvelable n'étant pas stockable, il faut réaliser un maillage territorial auquel la Gironde doit prendre sa part.

Le porteur de projet a d'ailleurs engagé une concertation préalable volontaire jusqu'au 12 juillet dernier. Le projet va faire l'objet d'une instruction complète, au même titre que tout projet éolien sur le territoire national, quel qu'il soit, afin que les risques et les enjeux que vous citez à raison, madame la sénatrice, soient bien évalués, discutés, concertés. L'ensemble des politiques de protection de la biodiversité, des paysages et des riverains seront respectées, bien évidemment.

Vous mentionnez l'hydrolien. L'État a financé des études, des projets pilotes et s'est engagé dans cette filière. Malheureusement, force est de constater que celle-ci n'est pas mature et présente des coûts de production très élevés. Elle va mettre encore de longues années avant d'être compétitive par rapport à d'autres énergies qui, elles, le sont déjà, comme l'éolien.

Compte tenu de ces éléments, le Gouvernement estime qu'il n'est pas opportun d'encourager le développement de cette filière à un stade commercial à court terme et de ne pas s'engager résolument dans le développement de l'éolien après une concertation étroite avec les populations et les territoires concernés.

Mme la présidente. La parole est à Mme Florence Lassarade, pour la réplique.

Mme Florence Lassarade. Madame la secrétaire d'État, produire uniquement de l'éolien me paraît peu ambitieux. Vous présentez la filière éolienne comme compétitive, mais elle est très dangereuse sur ce territoire pour la migration des oiseaux. Ma question portait aussi sur l'énergie hydraulique, depuis très longtemps en sommeil, qui est pourtant une solution d'avenir, car beaucoup plus rentable que l'éolien.

Enfin, nous sommes sur un territoire forestier où nous attachons beaucoup d'importance à la migration des oiseaux. Vous nous dites que la Gironde est peu vertueuse en matière d'énergie renouvelable. Néanmoins, la forêt landaise est un puits de carbone remarquable. Il me semble un peu réducteur de vouloir harmoniser l'installation de l'éolien sans tenir compte des autres ressources du territoire.