Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation du groupe industriel Europlasma

15e législature

Question orale n° 0854S de Mme Monique Lubin (Landes - SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 27/06/2019 - page 3295

Mme Monique Lubin attire l'attention de M. le ministre de l'économie et des finances sur la situation préoccupante du groupe industriel Europlasma, établi à Morcenx, dans les Landes. Il a été placé en redressement judiciaire le 25 janvier 2019 par jugement du tribunal de commerce de Mont-de-Marsan. Faute de garanties financières suffisantes de la part des porteurs de projet, ce tribunal a reporté au 28 mai 2019 sa décision. Il a pourtant choisi de différer son appréciation au 4 juin, puis a repoussé la fin de la période d'observation au 25 juillet.
Une seule offre de reprise est désormais envisagée : il s'agit de celle de l'entreprise A&A investissements, soutenue par le groupe Zigi Capital, société anonyme de droit luxembourgeois. Le repreneur potentiel souhaite racheter la société et conserver la totalité des employés – plus d'une centaine. La date du 25 juillet qui a été retenue doit laisser le temps aux experts de vérifier si A&A investissement a bien les fonds nécessaires pour racheter Europlasma.
Détenteurs de brevets et technologies développés à partir de la torche à plasma, Europlasma et ses filiales Inertam et Cho-Power offrent des solutions innovantes pour le traitement des déchets amiantés, faiblement radioactifs, des cendres volantes issues d'incinérateurs ménagers ou encore des déchets dits banals qui, combinés à de la biomasse, permettent de produire de l'énergie électrique à partir d'un procédé de gazéification et co-génération. C'est dire si les solutions inédites sur lesquelles cette structure a investi représentent un véritable atout dans le cadre d'une stratégie économique favorable à la prise en compte des enjeux environnementaux.
Soucieuse de la préservation des emplois de notre territoire mais également des intérêts de notre pays, elle souhaite savoir comment et dans quelle mesure il a prévu de mobiliser les services de l'État afin de rechercher les partenaires susceptibles de contribuer à la restructuration financière de cette entreprise landaise.



En attente de réponse du Ministère de l'économie et des finances.