Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de l'office national des anciens combattants et victimes de guerre

15e législature

Question écrite n° 11002 de Mme Laure Darcos (Essonne - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 20/06/2019 - page 3148

Mme Laure Darcos appelle l'attention de Mme la ministre des armées sur la profonde inquiétude du monde combattant au sujet de l'avenir de l'office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG). Dans le cadre du budget de l'État pour 2019, l'ONACVG a vu sa subvention pour charges de service public diminuer de 400 000 euros, ce qui correspond à une réduction du plafond d'emplois de cinq équivalents temps plein annuel travaillé ainsi qu'à un effort d'efficience très substantiel demandé à cet opérateur. Le nouveau contrat d'objectif et de performances conclu pour la période 2019-2023 prévoit la poursuite des efforts de rationalisation déjà consentis avec, entre autres objectifs, la modernisation du fonctionnement de l'établissement et la simplification de son organisation. Ces orientations devraient se traduire d'une part par un pilotage renforcé de la masse salariale, d'autre part par la réorganisation du maillage territorial de l'office, avec l'adaptation du format des services de proximité, l'expérimentation de services à vocation interdépartementale ainsi que, dans les départements à activité réduite, la mise en place de délégations départementales en lieu et place de services départementaux. Dans un contexte de vacances de poste de direction dans 13 % des services départementaux de l'ONACVG, notamment en Essonne, obligeant à des intérims insatisfaisants, et de charge de travail intense pour les personnels liée aux réductions d'emplois, elle tient à l'alerter sur la capacité future de l'ONACVG à assurer convenablement ses missions de solidarité vis-à-vis de ses ressortissants.

Transmise au Secrétariat d'État auprès de la ministre des armées



Réponse du Secrétariat d'État auprès de la ministre des armées

publiée dans le JO Sénat du 10/10/2019 - page 5149

La secrétaire d'État auprès de la ministre des armées tient à rappeler tout l'attachement qu'elle porte à l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), acteur majeur de la mémoire et de la solidarité. En effet, l'existence de l'ONACVG, « maison des anciens combattants et des victimes de guerre », demeure, aujourd'hui comme hier, essentielle. Cet établissement public accompagne les combattants de tous les conflits et, par son action, traduit l'exigence de solidarité qu'imposent les nombreuses situations sociales des anciens combattants et de leurs veuves. Il soutient de plus les pupilles de la Nation et les victimes d'actes de terrorisme. Outre sa mission principale, qui est de veiller à la mise en œuvre du droit à reconnaissance et à réparation au profit de ses ressortissants, il contribue à la promotion des valeurs républicaines et à la préservation de la mémoire combattante. Il s'appuie, pour l'ensemble de ses actions, sur un réseau unique de services et de correspondants présents sur tout le territoire français et à l'étranger. L'ONACVG dispose d'un maillage territorial composé de cent services départementaux,  deux services d'outre-mer en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie et trois services en Afrique du Nord (Algérie, Maroc et Tunisie). Placés sous l'autorité de la directrice générale de l'ONACVG et des préfets, qui président les conseils départementaux de l'établissement public qui ont été renouvelés en 2019, ces services de proximité animent un vaste réseau de partenaires associatifs et institutionnels œuvrant dans les domaines de la mémoire, de la solidarité, de la reconnaissance et de la réparation. Les missions de ces services ont évolué au gré des réorganisations du ministère en charge des anciens combattants et des mesures de rationalisation décidées par les gouvernements successifs. Ainsi, en 2015, ils ont pris en charge les responsabilités des préfectures pour la gestion des dispositifs instaurés pour venir en aide aux rapatriés de la guerre d'Algérie. Par ailleurs, la modernisation et la rationalisation de l'Office ont été poursuivies en 2018, conformément au contrat d'objectifs et de performance 2014-2018. L'ONACVG a ainsi transféré à d'autres opérateurs l'ensemble des établissements médicaux-sociaux et les écoles de reconversion professionnelle placés sous son autorité, et adapté le format de ses services départementaux. Le traitement des prestations est désormais confié à des pôles de compétences mutualisés, à un niveau interdépartemental ou national. Toutefois, face à la diminution notable et régulière du nombre de ses ressortissants et à l'évolution des différentes catégories de ces derniers, il est nécessaire de faire évoluer l'organisation de l'ONACVG. Aussi, le dernier conseil d'administration de l'Office a voté en juillet 2019 un document d'orientation stratégique qui prévoit d'adapter son organisation, de diminuer ses effectifs d'environ 10 % entre 2019 et 2021, et de simplifier sa gouvernance. Un audit de l'établissement sera mené à l'automne prochain par l'inspection générale des finances, le contrôle général des armées et l'inspection générale de l'administration afin de faire des propositions d'adaptation de l'ONACVG. Dans ce cadre, comme la secrétaire d'État l'a rappelé à plusieurs reprises, lors de ses différentes allocutions ou auditions, la dimension locale de l'ONACVG constitue un outil de proximité au service du monde combattant d'une extrême richesse. La secrétaire d'État restera attentive au maintien du maillage territorial de l'Office.