Allez au contenu, Allez à la navigation

Recrudescence des cas de rougeole

15e législature

Question écrite n° 11054 de M. Guillaume Chevrollier (Mayenne - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 27/06/2019 - page 3328

M. Guillaume Chevrollier attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé au sujet de la recrudescence des cas de rougeole en France.

Le fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) avait signalé en mars 2019 une forte hausse des cas de rougeole dans le monde. Un vaccin sûr, efficace et peu coûteux contre cette maladie très contagieuse et potentiellement mortelle est à disposition. Or, en France, entre 2017 et 2018, une hausse de 2 269 cas a été constatée malgré le fait que le vaccin ait été rendu obligatoire pour les nourrissons.

Notamment entre le 1er janvier et le 28 mai 2019, cinquante-six cas de rougeole ont été signalés à l'agence régionale de santé des Pays de la Loire, dont la moitié en Mayenne. Neuf fois sur dix, les personnes malades n'étaient pas ou mal vaccinées. Il est connu que les cas les plus graves de rougeole concernent des personnes fragiles qui ne peuvent pas être vacciner. Ainsi, seule la protection collective est efficace afin d'éviter la contagion.

Une faible sensibilisation de la communauté, ainsi que l'hésitation face à la vaccination sont autant de facteurs ayant facilité la propagation de ces épidémies.

Ainsi, il lui demande quelles sont les mesures envisagées afin d'enrayer la progression de cette maladie qui avait pratiquement disparu ces dernières années.



Réponse du Ministère des solidarités et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 22/08/2019 - page 4332

La rougeole, du fait de son extrême contagiosité est à l'origine d'épidémies survenant dès lors qu'une population est insuffisamment immunisée contre cette pathologie.  Dès le début des alertes épidémiologiques, des mesures ont été prises au niveau régional (communication à l'aide de supports adaptés, séances de vaccination en particulier auprès des populations insuffisamment vaccinées…). Des réunions de travail ont également permis d'associer l'ensemble des acteurs impliqués au niveau national (ministère de l'éducation nationale, de la justice, du travail, de l'intérieur ou encore des transports). Au niveau régional, les agences régionales de santé ont été également très mobilisées. La gestion de l'épidémie a nécessité une coopération très forte entre le niveau national et régional. Au-delà de la seule gestion des épidémies, la sensibilisation de la population à la nécessité de la vaccination contre la rougeole a été une des priorités des autorités sanitaires et du Gouvernement.  Cette politique volontariste s'est traduite notamment par la mise en œuvre de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 (et l'élargissement des vaccinations obligatoires), la diffusion en septembre 2018 d'une instruction relative à la conduite à tenir autour d'un ou plusieurs cas de rougeole, l'installation de la nouvelle commission nationale de vérification de l'élimination de la rougeole et de la rubéole congénitale. Cette commission a pour mission de mettre à jour le plan d'élimination de la rougeole et de la rubéole et élaborer un plan d'actions grâce à la mobilisation de tous les acteurs intervenant dans le champ de la santé. Enfin le site internet vaccination info service.fr permet de diffuser une information validée scientifiquement sur les vaccins et la vaccination en direction du grand public et plus récemment vers les professionnels de santé via une rubrique dédiée.