Allez au contenu, Allez à la navigation

Accessibilité de l'enseignement français à l'étranger

15e législature

Question écrite n° 11107 de M. Jean-Yves Leconte (Français établis hors de France - SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 27/06/2019 - page 3319

M. Jean-Yves Leconte interroge M. le ministre de l'Europe et des affaires étrangères sur la façon dont il envisage de faciliter l'accessibilité des enfants de nos compatriotes au système de l'enseignement français à l'étranger quand ceux-ci ne disposent pas des moyens financiers suffisants.

En effet, une réforme importante de l'enseignement français à l'étranger est annoncée. Toutefois, la prise en compte de son accessibilité financière ne semble pas être au cœur de la réforme. Il a ainsi été le témoin direct ces dernières années de beaucoup de familles devant déscolariser leurs enfants. Il a vu des parents disposant d'un emploi à l'étranger préférant revenir en France, sans perspective d'emploi, faute de pouvoir bénéficier d'une bourse pour payer les frais d'écolage. Ceux-ci sont parfois largement supérieurs au salaire moyen du pays de résidence.

A la veille de cette réforme, qui pourrait avoir pour conséquence une augmentation des écolages, il lui demande la raison pour laquelle un audit de l'actuel système des bourses scolaires, de sa capacité à tenir les objectifs de scolarisation annoncés, des conditions d'instruction des demandes par les postes consulaires n'a pas été engagé au préalable. Il demande au ministère de l'Europe et des affaires étrangères de confronter, par classes d'âge et par villes, le nombre d'élèves français inscrits dans les établissements homologués à l'étranger, avec le nombre d'enfants de même âge inscrits au registre consulaire et vivant à relative proximité des établissements scolaires de chaque ville, et de communiquer ces résultats, pour identifier le nombre d'enfants français qui ne sont pas actuellement scolarisés dans les établissements du réseau alors qu'ils sont en proximité géographique d'un tel établissement. Une telle information apparaît en effet comme indispensable pour bien appréhender les conditions d'évolution du réseau.



En attente de réponse du Ministère de l'Europe et des affaires étrangères.