Allez au contenu, Allez à la navigation

Interrogations quant au programme de promotion du service national universel

15e législature

Question écrite n° 11846 de Mme Céline Brulin (Seine-Maritime - CRCE)

publiée dans le JO Sénat du 01/08/2019 - page 4076

Mme Céline Brulin attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse sur le programme de promotion du service national universel (SNU) faisant appel à des « influenceurs » tirant leur notoriété de la diffusion de contenus vidéos sur des plateformes numériques.

Elle s'interroge notamment sur le coût d'une telle opération de communication, que son ministère ne semble pas enclin à rendre public, ainsi que sur le cadre de la sélection qui a présidé au choix des « influenceurs » retenus.

S'agissant d'une campagne publicitaire concernant une initiative de l'éducation nationale, s'adressant à des mineurs, elle souhaiterait savoir quelles ont été ses exigences concernant la conformité du contenu de leurs vidéos précédentes ou de leurs interventions publiques avec les valeurs de l'éducation nationale et la vocation du SNU telle que présentée par le gouvernement.

Elle lui demande enfin si cette campagne publicitaire a bien été présentée comme telle et n'est pas susceptible d'être considérée comme de la « publicité dissimulée ».



Réponse du Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse

publiée dans le JO Sénat du 17/10/2019 - page 5290

Le service national universel (SNU) est un dispositif interministériel qui concerne en premier lieu les jeunes et, à ce titre, le ministère a fait le choix, dès cette phase pilote, de concentrer la communication dans leur direction pour s'assurer que les premiers concernés ne soient pas les derniers informés. Au-delà des actions de communication générales mises en œuvre (relations presse, dossiers et communiqués de presse, interviews, site internet …), la communication gouvernementale s'est également concentrée, pour être efficace, sur les médias sociaux, principale source d'information des jeunes. Le ministère a donc fait appel à de jeunes influenceurs qui rassemblent sur leurs chaînes youtube ou leurs comptes sur les réseaux sociaux un grand nombre d'abonnés parmi les publics intéressés et concernés par le SNU, dans le cadre de partenariats rémunérés. Comme avec un média traditionnel, cette rémunération est destinée à couvrir les frais techniques de production ainsi que la diffusion par la chaîne ou le compte. Ces influenceurs ont pour pratique de mentionner en début de leurs vidéos qu'il s'agit d'un partenariat. L'objectif d'une campagne est de délivrer le bon message, au bon moment, au bon endroit et à la bonne cible. Le digital permet de mettre en place des campagnes beaucoup plus efficaces en termes de résultats. Les ministères ont régulièrement recours à des influenceurs pour leur communication vis-à-vis des jeunes.