Allez au contenu, Allez à la navigation

Dispositions prises à destination des travailleuses et travailleurs précaires

15e législature

Question écrite n° 12342 de Mme Laurence Cohen (Val-de-Marne - CRCE)

publiée dans le JO Sénat du 26/09/2019 - page 4876

Mme Laurence Cohen attire l'attention de Mme la ministre du travail sur la méthode de calcul du seuil de pauvreté qui ne tient pas compte du niveau de vie des travailleuses et travailleurs précaires qui auraient un revenu supérieur à ce seuil et qui ne leur permet pas de bénéficier des aides en conséquence.
La méthode actuelle entérinée par tous les pays de l'Union européenne correspond à 60 % du revenu médian de chaque pays membre et s'établit en France à 1 015 euros pour une personne seule. Pour les ménages de deux personnes ou plus, c'est la règle des unités de consommation qui est utilisée.
Cette méthode de calcul ne tient compte ni du patrimoine et avoirs que détient une personne ni du reste à vivre après paiement des dépenses incompressibles comme le logement, l'alimentation ou encore la santé.
Mme Cohen a pu constater une inégalité manifeste entre les ménages précaires vivant au-dessus du seuil de pauvreté.
Un an après l'anniversaire du plan pauvreté lancé par le Président de la République, elle interroge madame la ministre du travail sur les mesures d'urgence qu'elle entend engager pour améliorer le niveau de vie des travailleuses et travailleurs les plus précaires et si elle a prévu de modifier la méthode de calcul du seuil de pauvreté particulièrement problématique.



En attente de réponse du Ministère du travail.