Allez au contenu, Allez à la navigation

Rapport relatif à l'urgence de l'action contre le réchauffement climatique

15e législature

Question écrite n° 12432 de M. Fabien Gay (Seine-Saint-Denis - CRCE)

publiée dans le JO Sénat du 03/10/2019 - page 4959

M. Fabien Gay attire l'attention de Mme la ministre de la transition écologique et solidaire sur les conclusions du rapport du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), publié le 25 septembre 2019, portant sur les conséquences du réchauffement climatique sur les océans et la cryosphère.
Les conséquences du réchauffement climatique sont désastreuses pour la planète et la biodiversité, y compris l'être humain. L'océan produit cinquante pour cent de notre oxygène et absorbe trente pour cent des émissions de dioxyde de carbone. Or, les océans deviennent plus acides et moins riches en oxygène, ce qui a des conséquences sur leur faculté de stockage des émissions de CO2 mais aussi sur les écosystèmes marins. La hausse des températures entraîne également une dilatation des océans qui, associée à la fonte des glaces, fait monter le niveau des mers.
Ce nouveau rapport du GIEC indique en somme, comme les précédents, que le scepticisme à l'égard du réchauffement climatique n'est plus de mise et qu'il est temps d'agir très concrètement et très rapidement. Or, de nombreux projets néfastes pour l'environnement et le climat continuent à voir le jour, tels les projets miniers en Guyane, le projet EuropaCity sur le triangle de Gonesse, etc.
Les ambitions sont insuffisantes et les moyens manquent cruellement pour mettre en œuvre une véritable politique publique pour limiter le réchauffement et réduire l'empreinte carbone de la France. Il manque également une véritable filière industrielle adaptée à ces impératifs, reflet d'un manque de vision pour une politique industrielle de notre pays.
Il souhaite donc savoir comment le Gouvernement va adapter ses objectifs et ses moyens à l'urgence, pointée à de nombreuses reprises par les scientifiques.



En attente de réponse du Ministère de la transition écologique et solidaire.