Allez au contenu, Allez à la navigation

Privatisation de la Française des jeux et actionnariat combattant

15e législature

Question écrite n° 12745 de M. Raymond Vall (Gers - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 24/10/2019 - page 5354

M. Raymond Vall attire l'attention de M. le ministre de l'économie et des finances sur la privatisation de la Française des jeux et ses implications sur l'actionnariat des fédérations d'anciens combattants.
En effet, l'association « Les Gueules cassées » et la fédération nationale André Maginot sont deux actionnaires historiques de la Française des jeux et ses deux principaux actionnaires privés, détenant 13,4 % des parts, dont les dividendes génèrent 80 % de leurs revenus. Ces ressources leur permettent de financer des actions de solidarité, des manifestations et des voyages mémoriels à destination des scolaires. Les associations d'anciens combattants, notamment dans le Gers, sont particulièrement attachées au lien intergénérationnel et actives dans la transmission de l'histoire aux jeunes générations.
Au moment où le capital de la Française des jeux s'ouvre à la privatisation, elles souhaitent conserver et même accroître leur participation. Il lui demande de lui préciser si le Gouvernement envisage des modalités d'acquisition de parts préférentielles par les associations d'anciens combattants qui en feraient la demande.



En attente de réponse du Ministère de l'économie et des finances.