Allez au contenu, Allez à la navigation

Urgence des mesures de dépollution de la vallée de l'Orbiel

15e législature

Question écrite n° 12751 de Mme Gisèle Jourda (Aude - SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 24/10/2019 - page 5370

Mme Gisèle Jourda interroge Mme la ministre de la transition écologique et solidaire sur l'urgence des mesures à prendre pour dépolluer le site de la vallée de l'Orbiel.

Les inondations qu'a connu le département de l'Aude il y a tout juste un an ont charrié des résidus miniers de l'ancienne mine d'or de Salsigne contenant de l'arsenic vers la vallée de l'Orbiel.

À l'arrivée ce sont 1,5 million de tonnes de déchets toxiques, 45 000 tonnes d'arsenic mais également de grandes quantités de cobalt, plomb, manganèse, zinc… qui sont présentes sur le site de Salsigne. Les eaux de pluie pénètrent dans les résidus pollués et se chargent d'arsenic avant de rejoindre la rivière de l'Orbiel.

Suite à de nombreuses interpellations, le ministère des solidarités et de la santé a récemment demandé à l'agence régionale de santé (ARS) de prendre des dispositions sanitaires et de mettre en place en juin et juillet 2019 un dispositif de surveillance sanitaire individuelle.

A l'heure actuelle, plus de 58 enfants sont sur exposés à l'arsenic. Or une intoxication chronique peut provoquer une myriade de troubles, parmi lesquels des lésions dermatologiques, une perte de poids, des nausées, ulcères et pire encore des cancers. Le seuil national est fixé à 10 ug. Les 58 enfants sont tous au-dessus de ce chiffre.

Cette situation n'est clairement pas satisfaisante. Une telle réponse aurait dû être apportée dès le mois d'avril, sans attendre. Aujourd'hui des mesures de santé publique d'envergure s'imposent, et notamment la mise en place d'un centre de suivi médical gratuit pour la population exposée, qui serait basé à l'hôpital de Carcassonne. Il en va de même pour la mise en place d'une dépollution des sols suivant la programmation d'un calendrier précis faisant l'objet d'un contrôle régulier de son exécution.

C'est pourquoi elle lui demande de mettre de toute urgence en œuvre la dépollution pérenne des sites contaminés, principalement en évacuant les déchets de l'Artus et de Montredon ; d'assurer une cartographie précise et publique des teneurs en arsenic dans le sol ainsi qu'une cartographie exhaustive de tous les facteurs polluants présents ; de mettre en place en urgence un comité de suivi chargé de la mise en œuvre rapide de ces objectifs ; de mettre en place un fond d'indemnisation pour les victimes.



En attente de réponse du Ministère de la transition écologique et solidaire.