Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des étudiants en travail social de la promotion 2017-2020

15e législature

Question écrite n° 12914 de Mme Laurence Rossignol (Oise - SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 31/10/2019 - page 5473

Mme Laurence Rossignol attire l'attention de Mme la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation sur la situation préoccupante des étudiants en travail social actuellement en dernière année d'étude.
Les formations des étudiants en travail social ont été modifiées lors de la rentrée 2018, la promotion 2017-2020 est la dernière à suivre la formation précédent la réforme. La formation des éducateurs et éducatrices spécialisés actuellement en dernière année est réglée par l'arrêté du 20 juin 2007, décret qui est abrogé par l'arrêté du 22 août 2018 relatif au diplôme d'État d'éducateur spécialisé. Cet arrêté précise également que la dernière session d'examen pouvant délivrer des diplômes d'État d'éducateur spécialisé pour les formations entamées avant le 1er septembre 2018 est en 2020.

Ces conditions ont de lourdes conséquences pour les étudiants en travail social actuellement en dernière année : si ils et elles ne valident pas tous leurs domaines de compétence lors de la session d'examen de 2020, il leur sera impossible de les obtenir ultérieurement puisqu'il n'existera plus de jury à même de les sanctionner. Ainsi, les étudiants de dernière année ayant échoué, ne serait-ce que dans un seul domaine de compétence, se retrouveront sans diplôme et contraints de reprendre leur formation en première année puisqu'aucune passerelle entre les formations d'avant et d'après la réforme n'est prévue. Une solution qui est financièrement impensable pour de nombreux étudiants.

Il est inenvisageable de laisser les étudiants dans une situation de mise en échec, un dispositif permettant aux étudiants concernés de valider les domaines de compétences propres à leur formation après 2020 doit être mis en place. Ou, a minima, il est nécessaire de prévoir des passerelles entre les formations pré et post réforme afin que les étudiants ne soient pas obligés de reprendre leurs études en première année. Ne pas prévoir de solution revient à abandonner des étudiants souhaitant consacrer leur carrière au monde du travail social, des métiers déjà fortement déconsidérés : les éducateurs et les éducatrices spécialisés font trois ans d'étude pour une reconnaissance bac +2.

Une réponse doit être apportée aux étudiant.e.s car cette situation génère aujourd'hui un stress important chez des personnes devant passer leurs examens d'ici quelques mois. Les modalités permettant de répondre à cette situation ne peuvent pas être gérées au sein de chaque école, c'est une réponse globale et égalitaire qui doit être fournie aux étudiants du secteur social.

Transmise au Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation



En attente de réponse du Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.