Allez au contenu, Allez à la navigation

OTAN

15e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 1033G de Mme Joëlle Garriaud-Maylam (Français établis hors de France - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 14/11/2019

Mme Joëlle Garriaud-Maylam. Ma question s'adresse à M. le Premier ministre.

« En état de mort cérébrale » : ces mots pour le moins provocateurs, voire insultants, du Président de la République qualifiant l'OTAN nous ont fait énormément de mal sur la scène internationale, à l'exception bien sûr de la Russie. Ces mots n'ont fait que conforter l'image d'arrogance et de déconnexion dont nous souffrons, hélas, encore trop souvent à l'étranger.

Certes, le silence retentissant des Occidentaux face à l'intervention turque est une honte, mais celle-ci n'est pas le fait de l'OTAN, ni de l'ONU, du reste, qui ne sont que l'émanation de gouvernements nationaux. Il est facile mais dangereux – le Brexit nous l'a prouvé – de désigner les institutions supranationales comme boucs émissaires de notre manque de courage politique, et ce n'est guère constructif pour l'avenir de la sécurité mondiale !

Je voudrais également rappeler que l'OTAN est, à soixante-dix ans, avec ses vingt-neuf États membres, l'alliance la plus réussie de l'histoire du monde. (On le conteste sur des travées des groupes SOCR et CRCE.) Beaucoup de pays font d'énormes efforts pour la rejoindre, car elle a su garantir la paix sur le territoire de ses États membres durant ces soixante-dix ans.

Certes, l'évolution de la situation géopolitique, avec la montée en puissance de nouveaux acteurs et le désengagement des États-Unis, doit pousser l'Europe à repenser sa stratégie de sécurité et à enfin aller vers cette défense européenne structurée et autonome que nous appelons de nos vœux depuis des années. Mais, à l'heure où le Brexit affaiblit les dynamiques européennes de coopération en matière de sécurité et de défense, où rares sont les pays européens à accepter de consacrer 2 % de leur PIB à leur défense et où, en revanche, la Russie, la Chine, la Turquie et l'Arabie Saoudite ont augmenté leur budget de défense de 30 % en moyenne ces dernières années,…

M. le président. Votre question !

Mme Joëlle Garriaud-Maylam. … il est d'autant plus important de ne pas éroder l'OTAN, dont le Royaume-Uni est encore membre.

M. le président. Votre question !

Mme Joëlle Garriaud-Maylam. Monsieur le Premier ministre, la France ne devrait-elle pas se positionner comme le fer de lance de cette réforme pour pouvoir, avec empathie et bienveillance, construire cette Europe de la défense,…

M. le président. Il faut conclure !

Mme Joëlle Garriaud-Maylam. … au lieu de mettre l'OTAN au pilori ? (Applaudissements sur des travées du groupe Les Républicains.)



Réponse du Ministère des armées

publiée dans le JO Sénat du 14/11/2019 - page 15189

Mme Florence Parly, ministre des armées. Madame la sénatrice, le Président de la République a récemment évoqué les nombreux défis auxquels l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord est confrontée. Il a en effet employé des mots très forts, mais qui sont à la hauteur de la crise de sens à laquelle cette organisation est confrontée.

Entendons-nous bien, alors que nous allons célébrer le soixante-dixième anniversaire de l'OTAN, il ne s'agit ni de nier ses succès ni de contester sa crédibilité militaire. Il s'agit plutôt de pointer les obstacles politiques que nous devons surmonter pour répondre aux défis auxquels nous sommes confrontés en matière de sécurité.

Vous l'avez rappelé, ces obstacles ont été mis en lumière de façon dramatique par les récents événements survenus dans le nord-est syrien. J'en distingue trois : d'abord, l'incertitude qui entoure la politique américaine ; ensuite, l'attitude de la Turquie, qui met en jeu la cohésion des alliés par des actions qui portent atteinte à nos intérêts en termes de sécurité ; enfin, l'insuffisance de l'effort de défense des Européens, alors que les Américains les exhortent à partager un fardeau qu'ils ne veulent plus assumer seuls.

Si certains de nos alliés ont tendance à minimiser, voire à nier, ces défis et ces difficultés, la France entend promouvoir une voie exigeante et lucide, afin de surmonter cette crise dans l'intérêt de l'Alliance atlantique et de l'Europe.

Lors du sommet de Londres, la France plaidera pour le lancement d'une véritable réflexion sur l'avenir de l'Alliance. L'OTAN doit constituer une alliance solidaire et responsable dans laquelle chaque membre, en particulier les Européens, contribue de manière crédible à l'effort de défense. La France ne souhaite pas fragiliser l'OTAN, car celle-ci est et demeure un élément clé de la sécurité européenne. Il n'y aura pas de défense européenne sans OTAN, et réciproquement ! (MM. François Patriat et Jean-Marc Gabouty applaudissent.)