Allez au contenu, Allez à la navigation

Pénurie de médicaments

15e législature

Question orale n° 1046S de Mme Brigitte Micouleau (Haute-Garonne - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 12/12/2019 - page 6096

Mme Brigitte Micouleau attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la pénurie de médicaments à laquelle sont confrontés tant les patients que les pharmaciens.
Alors que la Gouvernement a présenté, le 8 juillet 2019, vingt-huit mesures pour « lutter contre les pénuries et améliorer la disponibilité des médicaments en France », s'inspirant des conclusions du rapport n° 737 (Sénat, 2017-2018) présenté le 27 septembre 2018 par la mission d'information du Sénat sur « les pénuries de médicaments et de vaccins », la situation ne s'améliore pas. Elle s'est même encore aggravée depuis la fin de l'été 2019.
Corticoïdes, antibiotiques, vaccins … la liste est longue des médicaments en rupture de stock. En mars 2018, elle alertait déjà sur le risque de pénurie d'approvisionnement du BCG (bacille de Calmette et Guérin) intravésical, utilisé dans le traitement du cancer de la vessie.
Aujourd'hui, la rupture de stock du BCG medac est effective. Les patients, en France, ne peuvent plus suivre leur traitement. Les urologues leur répondent qu'il faudra patienter jusqu'au début 2020, sans plus de précisions.
Devant une telle situation d'urgence, elle lui demande quelles actions efficaces entend prendre le Gouvernement afin de permettre la continuité de légitimes soins à ces patients et de remédier à ce grave enjeu de santé publique.



Réponse du Secrétariat d'État auprès de la ministre des solidarités et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 15/01/2020

Le texte de cette réponse n'est pas disponible à ce jour.