Allez au contenu, Allez à la navigation

Cancers infantiles sur le secteur de Sainte-Pazanne

15e législature

Question écrite n° 13327 de M. Joël Guerriau (Loire-Atlantique - Les Indépendants)

publiée dans le JO Sénat du 05/12/2019 - page 5992

M. Joël Guerriau attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur les cancers infantiles à Sainte-Pazanne en Loire-Atlantique. L'étude épidémiologique menée par Santé publique France depuis mars 2019 sur des cas groupés de cancers pédiatriques dans le secteur de Sainte-Pazanne en Loire-Atlantique n'a pas permis d'identifier une cause commune. Santé publique France a annoncé lundi 18 novembre 2019, lors de la tenue du comité de suivi sur les cancers pédiatriques, la non-poursuite des investigations. En revanche, les résultats présentés aux familles valident le fait que le nombre de cancers pédiatriques sur le secteur des sept communes étudiées sur la période 2015-2019 est plus important que la moyenne en France. Cette situation préoccupe les élus locaux qui ne sont pas en mesure de répondre à l'inquiétude de leurs concitoyens. Il convient de faire progresser la recherche en ce domaine afin de pouvoir engager des actions correctives dans l'intérêt de nos populations. Ainsi, il lui demande si le Gouvernement compte approfondir l'origine des causes et mettre en place une analyse environnementale complémentaire, sur le secteur de Sainte-Pazanne.

Transmise au Ministère des solidarités et de la santé



Réponse du Ministère des solidarités et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 27/02/2020 - page 1051

Les investigations conduites durant sept mois par Santé publique France (SPF) et l'agence régionale de santé (ARS) des Pays de la Loire, dont l'enquête épidémiologique approfondie auprès des familles concernées, n'ont pas permis d'identifier de cause commune susceptible d'expliquer ce regroupement de cancers pédiatriques sur le secteur de Saint-Pazanne. En complément de l'enquête épidémiologique, des investigations environnementales ont été conduites par l'ARS et la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement, pour repérer d'éventuels dépassements des valeurs de référence. Plusieurs campagnes ont été menées à partir du mois de juillet 2019 sur différents sites des communes concernées : Des centaines de prélèvements et de mesures ont été réalisés sur l'eau, l'air, les sols, les champs électromagnétiques et les rayonnements ionisants. Ces investigations se poursuivront jusqu'à leur terme et pour permettre une meilleure compréhension et donc une amélioration de leur prévention, la recherche sur les causes des cancers pédiatriques sera poursuivie et amplifiée. SPF contribue notamment à l'avancée des connaissances, à travers des études épidémiologiques de grande ampleur. C'est également le but de la « Task Force » dédiée à la recherche fondamentale en cancérologie pédiatrique que pilote l'Institut national du cancer, à la demande du ministère et solidarités et de la santé et du ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation L'ARS des Pays de la Loire a proposé, pour sa part, d'engager des actions de prévention pour améliorer les milieux de vie des habitants de Sainte-Pazanne et des communes environnantes ; elles portent sur le dépistage du risque radon, la réduction des expositions aux pesticides, l'urbanisme favorable à la santé, la lutte contre l'habitat insalubre, l'amélioration de la qualité de l'air intérieur et concernent aussi bien les bâtiments collectifs (écoles, crèches, établissements recevant du public…) que les logements privés et, plus généralement, l'espace public. Cette mobilisation pourrait, se concrétiser par l'inscription de ce territoire dans la démarche de Contrats locaux de santé, en lien avec l'ARS des Pays de la Loire.