Allez au contenu, Allez à la navigation

Dépôt sauvage d'ordures sur une route départementale

15e législature

Question écrite n° 19539 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 10/12/2020 - page 5808

Rappelle la question 17860

M. Jean Louis Masson rappelle à Mme la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales les termes de sa question n°17860 posée le 17/09/2020 sous le titre : " Dépôt sauvage d'ordures sur une route départementale ", qui n'a pas obtenu de réponse à ce jour. Il s'étonne tout particulièrement de ce retard important et il souhaiterait qu'elle lui indique les raisons d'une telle carence.



Réponse du Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales

publiée dans le JO Sénat du 14/01/2021 - page 210

L'article L. 541-3 du code l'environnement prévoit une procédure qui peut être engagée par l'autorité administrative titulaire du pouvoir de police compétente lorsque des déchets font notamment l'objet de dépôts sauvages. La procédure visée à cet article concerne le producteur ou le détenteur de déchets qui ont été abandonnés au sens des articles L. 541-1-1 et L. 541-2 du même code. La jurisprudence a eu l'occasion de préciser ces notions, notamment celle de détenteur, en rappelant que si une présomption de responsabilité pèse sur le propriétaire du site concerné en l'absence d'identification du responsable du dépôt, cette responsabilité ne pourra être recherchée en l'absence de comportement fautif que le propriétaire devrait démontrer. Il importe ainsi, dans un premier temps, de rechercher, après constatation des infractions par procès-verbal, la personne physique ou morale à l'origine de la commission de l'infraction, susceptible d'encourir diverses sanctions visées à l'article L. 541-3 susmentionné, après avoir été avisée des faits qui lui sont reprochés, de la possibilité de formuler ses observations et mise en demeure de pourvoir aux opérations nécessaires à la résorption du dépôt. Sous les conditions ci-dessus mentionnées et sous réserve de l'interprétation souveraine du juge, une verbalisation pourrait être envisagée, à défaut d'enlèvement dans les conditions visées à l'article L. 541-3 susmentionné. Le V de ce même article précise que si le producteur ou le détenteur des déchets ne peut être identifié ou s'il est insolvable, l'État peut, avec le concours financier éventuel des collectivités territoriales, confier la gestion des déchets et la remise en état du site pollué par ces déchets à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie ou à un autre établissement public compétent. Ainsi, la collectivité territoriale compétente sur les voies considérées, comme c'est le cas du département en application de l'article L. 3221-4 du code général des collectivités territoriales dont la gestion du domaine incombe au président du conseil départemental, pourrait devoir prendre en charge une partie des frais d'enlèvement de ces dépôts sauvages.