Allez au contenu, Allez à la navigation

Instauration d'une « journée de l'agriculture », en remplacement du salon de l'agriculture

15e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 1698G de Mme Françoise Férat (Marne - UC)

publiée dans le JO Sénat du 04/03/2021

Mme la présidente. La parole est à Mme Françoise Férat, pour le groupe Union Centriste. (Applaudissements sur les travées du groupe UC.)

Mme Françoise Férat. Ma question s'adressait à M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation.

En 2018, la « ferme France » a conservé son statut de première puissance agricole européenne, avec une production estimée à 73 milliards d'euros et une contribution au PIB de 6,7 %.

Ces chiffres démontrent la compétitivité et la performance de l'agriculture française. Elle est la meilleure du monde en termes qualitatifs, nutritionnels et environnementaux !

En des temps normaux, nous devrions rencontrer, à cette période de l'année, les agriculteurs de nos territoires au salon de l'agriculture, à la porte de Versailles. À défaut, cette année sont proposées des journées sur tout le territoire ! Les années suivantes ne ressembleront pas à 2021, et c'est heureux.

C'est pourquoi, avec mes collègues du groupe Union Centriste, nous demandons simplement et symboliquement la création d'une journée nationale de l'agriculture. Une date au mois de juin semble convenir, si j'en crois les demandes qui m'ont été faites.

Évidemment et je me permets d'insister sur ce point, cette demande ne doit pas masquer les critiques dirigées contre la mauvaise application de la loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous, dite Égalim, ou les dégâts de la grippe aviaire, pour n'en citer que quelques-unes. Il s'agit bien au contraire de valoriser les métiers de l'agriculture !

Cette journée permettra aux acteurs de la filière de mettre en valeur la spécificité des territoires et les nouvelles techniques plus durables. Elle doit permettre aux citoyens de connaître les femmes et les hommes passionnés qui nourrissent la population !

Il s'agira d'un geste fort qui sortira le secteur agricole de son sentiment de découragement et marquera la considération que l'ensemble du pays doit montrer à nos paysans. Je compte sur M. le ministre de l'agriculture pour répondre favorablement à cette demande. (Applaudissements sur les travées du groupe UC.)



Réponse du Secrétariat d'État auprès du Premier ministre, porte-parole du Gouvernement

publiée dans le JO Sénat du 04/03/2021 - page 1440

Mme la présidente. La parole est à M. le secrétaire d'État, porte-parole du Gouvernement.

M. Gabriel Attal, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, porte-parole du Gouvernement. Madame la sénatrice Françoise Férat, je vous prie de bien vouloir excuser l'absence de mon collègue Julien Denormandie, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, qui est retenu à l'Assemblée nationale pour une audition et qui aurait aimé vous répondre.

Nous devrions en effet en ce moment vivre un très grand moment pour notre pays, qui se reproduit chaque année, je veux parler du salon de l'agriculture. Ce moment manque aux élus, aux responsables politiques, aux agriculteurs, mais il manque aussi à tous les Français, car il permet de rappeler notre attachement et notre soutien à la filière agricole dans notre pays.

Nous aimerions particulièrement qu'il puisse avoir lieu, cette année, car, si depuis un an les Français ont pu traverser la crise et les confinements avec de quoi se nourrir, c'est parce que, dans notre pays, les agriculteurs ne comptent pas leurs heures ni leur mobilisation pour nourrir nos concitoyens.

Oui, nous devons les soutenir ! Nous les soutenons depuis 2017, notamment grâce à la loi Égalim, les circuits courts ou le plan de relance, lequel prévoit 1,2 milliard d'euros pour l'agriculture, ou encore grâce aux négociations à Bruxelles qui permettent maintenant que 99 % des aides de la politique agricole commune, la PAC, soient versées dans les temps.

Néanmoins, vous avez raison, madame la sénatrice, il faut aussi faire connaître nos agriculteurs et leur métier. C'est la raison pour laquelle mon collègue ministre de l'agriculture m'indique plusieurs éléments qui, je le crois, répondront à votre suggestion et proposition.

D'abord, le Centre national des expositions et concours agricoles organisera au printemps prochain la semaine française de l'agriculture, avec des échanges et des conférences.

Ensuite, les journées nationales de l'agriculture se dérouleront au mois de juin prochain. Elles permettront aux Français, comme vous le souhaitez, de visiter des exploitations et de saisir la réalité du métier d'agriculteur.

Enfin, chacune et chacun doit rappeler, comme Julien Denormandie l'a encore fait devant vous la semaine dernière, le rôle absolument essentiel que jouent nos agriculteurs dans notre pays. Je vous remercie, au nom du Gouvernement, de l'avoir fait ici. (M. François Patriat applaudit.)

M. François Bonhomme. C'est un commentaire de commentaire !

Mme la présidente. La parole est à Mme Françoise Férat, pour la réplique.

Mme Françoise Férat. Monsieur le secrétaire d'État, je ne suis pas certaine d'avoir bien compris. Vous parlez de journées de l'agriculture, j'évoquais une journée nationale de l'agriculture… (Applaudissements sur les travées du groupe UC.)