Allez au contenu, Allez à la navigation

Millésime 2021 en sursis faute de matières premières

15e législature

Question écrite n° 27984 de M. Sebastien Pla (Aude - SER)

publiée dans le JO Sénat du 19/05/2022 - page 2665

M. Sebastien Pla alerte M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur la pénurie de verre, carton d'emballage, capsules d'aluminium, mais aussi de piquets d'espaliers, étiquettes, engrais, produits phytosanitaires à laquelle les viticulteurs de toutes régions européennes font face alors que se prépare la mise en bouteille des récoltes du millésime 2021 sorti des cuves pour accueillir la nouvelle récolte 2022.
Délais rallongés par 4, hausse des coûts de 20 % à 40 % du prix des bouteilles et cartons, le prix des matières sèches explose.
Le covid-19 et ses conséquences sur les filières d'approvisionnement et de production, les conflits sociaux chez les principaux fournisseurs et transporteurs, la guerre en Ukraine, la hausse du coût de l'énergie, tous ces facteurs convergent et deviennent, pour nombre de producteurs, un véritable casse-tête lors de la mise en bouteille.
Cette accumulation de difficultés, qui s'ajoutent à une longue période de fermeture des marchés intérieurs et extérieurs, rallonge les délais de mise en bouteille et avec eux la mise en commercialisation, impactant très fortement les trésoreries de ces exploitants.
Il lui demande donc de bien vouloir lui faire connaître les mesures exceptionnelles qu'il compte engager pour atténuer le choc et s'il entend notamment envisager le recours à la consigne de verre pour pallier les besoins les plus urgents.
Il souligne enfin que cette situation pointe à l'évidence la forte interdépendance des économies mondiales et l'encourage à multiplier les pistes pour favoriser la relocalisation des productions, y compris au moyen de l'agroécologie et de l'économie circulaire, sachant que toutes les pistes en la matière n'ont pas encore été explorées pour garantir l'autonomie de la France.

Transmise au Ministère de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire



La question est caduque