Allez au contenu, Allez à la navigation



Rapport d'information fait au nom de la commission des affaires économiques et du Plan à la suite d'une mission effectuée en Thaïlande, en Malaisie, à Singapour et en Indonésie du 11 au 25 janvier 1989 afin d'étudier les problèmes du développement économique de ces pays ainsi que leurs relations économiques, commerciales et financières avec la France

28 juin 1989 : Développement économique de la Thaïlande, la Malaisie, Singapour et l'Indonésie, et leurs relations économiques, commerciales et financières avec la France (mission effectuée du 11 au 25 janvier 1989) ( rapport d'information )

 

Rapport d'information n° 429 (1988-1989) de MM. Jean FRANÇOIS-PONCET, Richard POUILLE, Jacques BELLANGER, Marcel BONY, Jean HUCHON, Paul MALASSAGNE, Louis MOINARD et Jean SIMONIN, fait au nom de la commission des affaires économiques, déposé le 28 juin 1989

Avertissement : le texte intégral de ce rapport n'est pas disponible en ligne.

Sommaire du rapport

INTRODUCTION (p.9)
PROGRAMME DE LA MISSION (p.13)
PREMIERE PARTIE: LA THAILANDE Bientôt le "CINQUIEME DRAGON"
Principaux indicateurs (p.20)
CHAPITRE PREMIER: La situation politique de la Thaïlande (p.21)
I. La vie politique intérieure (p.21)
A. L'évolution politique de la Thaïlande (p.21)
B. Le système politique thaïlandais (p.25)
1. Le système parlementaire thaïlandais (p.26)
2. Les forces politiques (p.26)
a. Les partis politiques (p.26)
b. L'armée (p.26)
II. Les relations extérieures (p.27)
A. La politique extérieure de la Thaïlande (p.27)
B. Les relations franco-thaïlandaises (p.29)
CHAPITRE II: La situation économique: une décennie de croissance (p.31)
I. Une croissance soutenue et diversifiée portée par l'investissement et les exportations (p.31)
A. Une croissance soutenue et diversifiée (p.31)
B. Une croissance portée par l'investissement et par les exportations (p.33)
1. L'investissement (p.33)
2. Les exportations (p.34)
II. Le goulot d'étranglement des infrastructures (p.35)
III. Les équilibres internes et externes menacés (p.36)
A. L'économie thaïlandaise est au bord de la surchauffe (p.36)
B. La croissance du solde des invisibles ne suffit pas à compenser le creusement du déficit commercial (p.37)
IV. Les relations économiques de la Thaïlande avec l'Europe et la France (p.39)
A. La communauté européenne et la Thaïlande (p.39)
B. La faiblesse de la présence financière (p.41)
DEUXIEME PARTIE: LA MALAISIE Riche en matières premières mais menacée dans sa cohésion Principaux indicateurs (p.48)
CHAPITRE PREMIER: La situation politique de la Malaisie (p.49)
I. La vie politique intérieure (p.50)
II. Les relations extérieures (p.54)
A. La politique extérieure de la Malaisie (p.54)
B. Les relations franco-malaises (p.56)
CHAPITRE II: La situation économique: le retour à la croissance (p. 58)
I. Une reprise économique portée par l'agriculture et l'industrie et tirée par l'exportation (p.58)
A. Une croissance soutenue de l'agriculture mais une stagnation du secteur minier (p.59)
B. Une forte croissance du secteur industriel, mais une dépression de la construction (p.61)
C. Une croissance tirée par les exportations (p.62)
D. Une persistance inquiétante du chômage (p.62)
II. Une croissance menacée par l'insuffisance de l'investissement et le déficit du secteur public (p.63)
A. Une faiblesse persistante de l'investissement local (p.63)
B. Des finances extérieures équilibrées mais des finances publiques internes déficitaires (p.65)
1. Des échanges extérieurs équilibrés (p.65)
2. Le déficit du secteur public reste excessif (p.66)
III. Les relations économiques de la Malaisie avec l'Europe et la France (p.67)
A. La communauté européenne et la Malaisie (p.68)
B. La faiblesse de la présence française (p.70)
TROISIEME PARTIE: SINGAPOUR Une cité état en route pour l'an 2000 Principaux indicateurs (p.76)
CHAPITRE PREMIER: La situation politique de Singapour (p.77)
I. La vie politique intérieure (p.77)
A. L'évolution politique de Singapour (p.77)
B. Le régime singapourien (p.80)
II. Les relations extérieures (p.82)
A. La politique extérieure de Singapour (p.82)
B. Les relations franco-singapouriennes (p.85)
CHAPITRE II: La situation économique de Singapour (p.89)
I. Une économie ouverte sur le monde mais étroitement planifiée à l'intérieur (p.90)
A. Une économie ouverte sur le monde (p.90)
B. Une économie strictement planifiée (p.92)
1. Les organismes de planification et d'intervention économique (p. 92)
2. La collecte d'une épargne forcée importante (p.93)
II. Une croissance retrouvée et portée par les industries de pointe et les services (p.94)
A. Une croissance retrouvée (p.94)
B. Une croissance fondée sur les industries de pointe et les services (p.95)
III. Les relations économiques de Singapour avec l'Europe et la France (p.97)
A. Les relations entre la CEE et Singapour (p.97)
B. Les relations économiques franco-singapouriennes (p.99)
QUATRIEME PARTIE: L'INDONESIE Un grand pays industriel avant l'an 2000 Principaux indicateurs (p.104)
CHAPITRE PREMIER: La situation politique de l'Indonésie (p.105)
I. La vie politique intérieure (p.105)
A. Une seule force politique: l'armée (p.106)
B. Un cadre constitutionnel sauvegardé (p.108)
1. Le pouvoir exécutif (p.109)
2. Le pouvoir législatif (p.110)
3. Le pouvoir judiciaire (p.112)
C. Une réelle stabilité malgré l'incertitude de la succession du Président Soeharto (p.113)
II. Les relations extérieures (p.115)
A. La politique extérieure de l'Indonésie (p.115)
B. Les relations politiques franco-indonésiennes (p.117)
CHAPITRE II: Un continent au seuil du décollage économique (p.119)
I. Un pays pauvre mais richement doté en ressources naturelles (p. 120)
A. Un pays en voie de développement (p.120)
B. Un pays riche en matières premières (p.120)
II. Une diversification industrielle handicapée par le poids de la dette extérieure et des rigidités internes (p.122)
A. Les conséquences de la conjoncture internationale sur la dette extérieure (p.122)
B. Le coût des rigidités internes (p.123)
III. Une politique de croissance prudente dépendante de l'aide extérieure (p.124)
A. Une politique économique prudente (p.124)
B. Une grande dépendance de l'aide extérieure (p.125)
IV. Le pari technologique (p.128)
V. Les relations économiques de l'Indonésie avec l'Europe et la France (p.128)
A. La communauté européenne et l'Indonésie (p.128)
B. Les relations économiques franco-indonésiennes (p.132)
1. Une part de marché significative (p.132)
2. Les relations commerciales trop marquées par les grands contrats (p.133)
3. Un trop faible niveau des investissements (p.134)
CONCLUSION: LES PAYS DE L'ASEAN: Une région stratégique dominée par l'influence japonaise (p.137)
I. Une zone de stabilité politique (p.137)
A. Une stabilité politique intérieure certaine (p.137)
B. Les perspectives de règlement des conflits régionaux (p.138)
II. L'émergence d'un nouveau pôle de développement économique (p. 139)
III. La consolidation d'une zone économique japonaise (p.140)
A. Le Japon, premier partenaire commercial (p.140)
B. Le Japon, premier investisseur dans les pays de l'ASEAN (p.141)
C. Le Japon, premier pourvoyeur d'aide à l'ASEAN (p.142)
IV. Une présence européenne suffisante (p.143)
A. Des relations institutionnelles régulières mais parfois difficiles (p.143)
B. Une présence économique trop faible (p.145)
C. Une nécessaire évolution des relations économiques avec l'ASEAN (p.146)
1. Une aide plus importante mais aussi plus différenciée (p.146)
2. L'inéluctable évolution des SPG (p.146)
3. Un soutien plus actif aux investissements directs (p.147)
a. La création des "Joint Investments Comittees" (JIC)
(p.147)
b. Mécanisme original et encore expérimental: la "facilité Cheysson" (p.147)
V. Une présence française trop souvent marginale (p.149)
A. La France trop souvent absente (p.149)
B. Des instruments de coopération économique et de politique commerciale inadaptés (p.150)
1. L'absence de politique déterminée de soutien aux investissements étrangers (p.150)
2. Un cadre administratif inadapté (p.152)
C. L'urgence d'une politique plus déterminée et plus cohérente en Asie du Sud-Est (p.153)
1. Une présence plus déterminée en Asie du Sud-Est (p.153)
2. Une présence plus cohérente et moins administrative (p.154)
3. Une inflexion de la politique des grands contrats (p.155)
4. Un renforcement du dispositif de soutien aux investissements français en Asie (p.156)