Vous êtes ici : Travaux parlementaires > Comptes rendus > Compte rendu intégral


SEANCE DU 20 NOVEMBRE 2001


M. le président. L'amendement n° 2, présenté par M. Renar, au nom de la commission, est ainsi libellé :
« Rédiger comme suit le texte proposé par l'article 1er pour l'article L. 1431-2 du code général des collectivités territoriales :
« Art. L. 1431-2. - La création d'un établissement public de coopération culturelle ne peut intervenir qu'à la demande de l'ensemble des collectivités territoriales ou des groupements intéressés, exprimée par des délibérations concordantes de leurs conseils ou de leurs organes délibérants.
« Elle est décidée par arrêté du représentant de l'Etat dans le département siège de l'établissement.
« Les statuts de l'établissement public, approuvés par l'ensemble des personnes publiques participant à sa constitution, sont annexés à cet arrêté. »
La parole est à M. le rapporteur.
M. Ivan Renar, rapporteur. Cet amendement, qui prévoit une nouvelle rédaction des dispositions relatives à la création des EPCC, nous paraît constituer un bon compromis entre les positions de l'Assemblée nationale et du Sénat.
Le premier alinéa reprend le texte que nous avions adopté en première lecture, qui laissait clairement aux seules collectivités territoriales l'initiative de demander la création de l'EPCC.
Le deuxième alinéa reprend la proposition de l'Assemblée nationale selon laquelle le préfet compétent pour prendre l'arrêté de création de l'EPCC est le préfet du département siège de l'établissement.
Le troisième alinéa, enfin, reprend l'idée que les statuts de l'établissement seront annexés à l'arrêté de création après avoir été élaborés, certes, mais surtout approuvés par tous les partenaires.
Ce texte définit ainsi une procédure claire pour la création des EPCC, qu'ils soient ou non constitués avec la participation de l'Etat.
M. le président. Quel est l'avis du Gouvernement ?
M. Michel Duffour, secrétaire d'Etat. Favorable.
L'amendement proposé par la commission dispose que la création de l'EPCC est décidée par arrêté du représentant de l'Etat ; il ne prévoit donc plus explicitement de décision d'accord préalable de celui-ci avec les collectivités territoriales partenaires. Dans la mesure où cette économie rédactionnelle n'a pas pour effet d'empêcher le représentant de l'Etat de participer en amont, avec les collectivités territoriales, à la création de l'EPCC, c'est-à-dire à la définition de ses missions et de son organisation, je suis favorable à cet amendement.
Par ailleurs, l'amendement tend à supprimer un alinéa de l'article L. 1431-2 du code général des collectivités territoriales qui renvoyait au statut de chaque EPCC la définition de ses modalités de fonctionnement et d'organisation. Cette suppression, qui ne présente pas en elle-même d'inconvénient et à laquelle le Gouvernement ne s'oppose pas, me conduit cependant, mesdames, messieurs les sénateurs, à attirer votre attention sur le fait que les décrets d'application de la loi n'auront pas pour objet d'encadrer les statuts des futurs EPCC dans un statut type défini par voie réglementaire, et qu'il importe pour le succès de l'EPCC que puisse être laissée au fondateur une certaine liberté d'organisation.
M. Jacques Valade, président de la commission des affaires culturelles. Très bien !
M. le président. Je mets aux voix l'amendement n° 2, accepté par le Gouvernement.

(L'amendement est adopté.)
M. le président. En conséquence, le texte proposé pour l'article L. 1431-2 du code général des collectivités territoriale est ainsi rédigé.

ARTICLE L. 1431-3 DU CODE GÉNÉRAL
DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES





Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat
Recherche | Liste de diffusion | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Liens | Ameli