Allez au contenu, Allez à la navigation

CHAUTEMPS Camille

Ancien sénateur du Loiret

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 23 septembre 1934
  • Fin de mandat le 31 décembre 1941

Extraits de la table nominative :

1934 , 1935 , 1938 , 1939 , 1940

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

1889-1940

CHAUTEMPS (GABRIEL, Camille), né le 1er février 1885 à Paris, mort le 1er juillet 1963 à Washington (U.S.A.).

Député d'Indre-et-Loire de 1919 à 1928.

Député du Loir-et-Cher de 1929 à 1935.

Sénateur de Loir-et-Cher de 1934 à 1941.

Ministre de l'Intérieur de juin 1924 à avril 1925.

Ministre de la Justice d'octobre 1925 à novembre 1925.

Ministre de l'Intérieur de novembre 1925 à mars 1926.

Ministre de l'Intérieur du 19 au 21 juillet 1926

Président du Conseil et Ministre de l'Intérieur du 21 au 25 février 1930.

Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts de décembre 1930 à janvier 1931. Ministre de l'Intérieur de juin 1932 à novembre 1933.

Président du Conseil et Ministre de l'Intérieur de novembre 1933 à janvier 1934.

Ministre des Travaux publics de janvier à juin 1936

Ministre d'Etat de juin 1936 à juin 1937.

Président du Conseil de juin 1937 à mars 1938.

Vice-Président du Conseil d'avril 1938 à juillet 1940.

Camille Chautemps descend d'une vieille famille républicaine de Savoie. Il est le fils d'Emile Chautemps, ancien député, ancien ministre et vice-président du Sénat ; le frère de Félix Chautemps, tué à l'Hartmannswillerkopf le 20 janvier 1915 à la tête de sa compagnie ; le neveu d'Alphonse Chautemps qui fut député et sénateur d'Indre-et-Loire. Il commença ses études à Paris, au lycée Charlemagne, et les continua au lycée Marceau de Chartres. (Sa mère possédait près de cette ville une petite propriété et elle avait des attaches familiales dans la région).

En 1902, Alphonse Chautemps, Procureur de la République à Tours fut pressenti pour l'élection législative du 27 avril. Il s'agissait de se porter candidat dans la circonscription de Loches où la retraite de M. Wilson, gendre du Président Grévy, faisait redouter une situation difficile. Désireux de présenter sa candidature, mais insuffisamment informé des habitudes politiques, Alphonse Chautemps s'adressa à son frère, Emile Chautemps, qui était son aîné et possédait une longue expérience des usages de la vie parlementaire. Emile Chautemps pensa à son fils, Camille, qui venait d'atteindre ses 17 ans et que la politique intéressait déjà. Le jeune homme s'installa chez son oncle, se chargea des fonctions de secrétaire, participa à la campagne électorale et fut associé au succès obtenu. Il revint ensuite à Paris, reprit ses études, obtint, en 1904, sa licence de droit et prêta serment devant la Cour de Paris. Docteur en droit en 1906, il fut rappelé cette année-là par Alphonse Chautemps qui préparait sa réélection et souhaitait de nouveau l'assistance de son neveu. Celui-ci se rendit à Tours et rencontra, pendant la campagne électorale, René Besnard, jeune avocat, qui se présenta le 6 mai contre le député sortant, Drake del Castillo. Après l'élection de René Besnard, Camille Chautemps prit le Cabinet d'avocat du nouveau député et s'installa à Tours après s'être fait inscrire au barreau de cette ville. Très rapidement, sa clientèle s'accrut. Ses affaires l'absorbaient au point qu'en 1912, lorsqu'on vint lui demander de prendre la tête de la liste radicale à la mairie, il commença par décliner cette proposition. Sollicité de nouveau avec insistance, il accepta et fut élu adjoint, le maire, M. Pic-Paris, étant un sénateur âgé, pour ainsi dire inamovible dans ses fonctions. Cependant, quelques semaines plus tard, M. Pic-Paris décida de prendre sa retraite, mais, arguant de son ancienneté, il parvint à faire élire maire un professeur du lycée qui était de ses amis. Camille Chautemps atteignait 27 ans, il avait devant lui une carrière qui s'annonçait brillante. Il attendit. Deux ans plus tard, la guerre éclatait. Il contracta un engagement volontaire et partit pour le front. En 1917, il apprit la mort du maire de Tours et fut aussitôt rappelé : les Américains arrivaient en France et installaient à Tours leurs Services de l'arrière. Le poste de maire devenait un véritable poste diplomatique. Camille Chautemps en assuma les charges et les responsabilités sans en porter le titre. Il régla de nombreuses questions avec l'Etat-Major américain, prononça d'innombrables discours. Dans bien des circonstances, son éloquence nuancée et convaincante fit merveille. En 1919, il fut enfin élu maire, et, cette même année, il se présenta sur la liste de la Fédération républicaine d'Indre-et-Loire aux élections générales législatives du 16 novembre. Il fut élu en tête de cette liste par 24.894 voix sur 75.483 votants.

Inscrit au parti radical-socialiste, il est membre : de la Commission d'administration générale (1920); de la Commission d'hygiène (1923); de la Commission des finances (1923). Il s'intéresse particulièrement : aux familles des militaires sous les drapeaux; au relèvement du traitement de plusieurs catégories de fonctionnaires; à la création de maisons maternelle; à la suppression de la taxe sur le chiffre d'affaires et à son remplacement par une taxe à l'importation et à la fabrication ; à la création de nouvelles ressources fiscales; à la politique sanitaire et aux mesures destinées à fortifier la famille et à favoriser la natalité ; à la répression de la hausse illicite des loyers. A de très nombreuses reprises, il se fait remarquer par ses interventions, toujours très brillantes.

Aux élections générales législatives du 11 mai 1924, il est réélu en tête de la liste d'Union des gauches par 44.429 voix sur 83.071 votants. Dès le 14 juin suivant, il est nommé Ministre de l'Intérieur dans le premier Cabinet Herriot qui sera remplacé, le 17 avril 1925, par le-deuxième Cabinet Painlevé. Chautemps sera Ministre de la Justice et Garde des Sceaux dans le troisième Cabinet Painlevé (29 octobre 1925-28 novembre 1925). Il se plaisait, à ce propos, à rappeler une anecdote qui amusait toujours ses auditeurs : le bâtonnier de l'Ordre des avocats à la Cour de Paris vint le voir, conformément à là tradition, pour lui demander une audience, le Conseil de l'Ordre voulant présenter l'hommage du barreau au nouveau Garde des Sceaux. Mais un incident fut soulevé : quand il était parti pour Tours, Chautemps n'avait pas terminé son stage d'avocat à Paris. Quelques années plus tard, après son premier Ministère, il avait été sollicité par des confrères qui souhaitaient le voir se réinscrire au barreau de Paris, et avait accepté. Mais, étant donné qu'il était en cours de stage, il fut inscrit comme avocat stagiaire. Il fit remarquer au bâtonnier, lors de sa visite protocolaire, qu'il ne pouvait amener le Conseil de l'Ordre qui comptait dans son sein des hommes illustres, en particulier l'ancien Président de la République, Alexandre Millerand, pour présenter ses hommages à un avocat stagiaire. Le bâtonnier sembla prendre au sérieux cette remarque pertinente, mais il demanda à Camille Chautemps de lui fixer éventuellement, un rendez-vous. Au jour dit, il arriva, accompagné du Conseil de l'Ordre au grand complet et commença son discours en demandant au Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, de se résigner à la fin de sa jeunesse : le Conseil de l'Ordre, réuni le matin même, avait en effet décidé de le dispenser du reste de son stage et de l'admettre au Tableau. Solution élégante d'un problème délicat..

Du 28 novembre 1925 au 9 mars 1926, Camille Chautemps est de nouveau Ministre de l'Intérieur dans le huitième Cabinet Aristide Briand. Le 19 juillet 1926, M. Herriot lui confie le même portefeuille dans son deuxième Cabinet qui démissionnera le 21 juillet suivant.

A la Chambre, il est membre de la Commission de la législation civile et criminelle (1925). Il prend part à la discussion : d'un projet de loi fixant le nombre des conseillers municipaux dans les communes des régions libérées ; d'un projet de loi concernant l'élection des conseillers municipaux de Paris ; de l'interpellation de M. Desjardins relative aux événements de Syrie (1925); d'un projet de loi tendant à autoriser la ville de Paris à percevoir une taxe sur les locaux meublés (1925) ; d'un projet de loi instituant des mesures destinées à assurer le redressement financier et la stabilisation de la monnaie (1926) ; de propositions de loi relatives aux appellations d'origine des vins (1927); d'un projet et de propositions de loi portant rétablissement du scrutin uninominal pour l'élection des députés. En 1928, il fut la victime du rétablissement de ce scrutin d'arrondissement, proposé par lui, en sa qualité de Ministre de l'Intérieur, avec Léon Blum et Georges Bonnet. Il fut, en effet, battu dans l'Indre-et-Loire où il se présentait dans la circonscription de Chipon. M. Louis Dien l'emporta, au deuxième tour de scrutin, par 9.376 voix contre 9.288 à Camille Chautemps, sur 19.313 votants. Mais le 26 juillet 1929, il se présenta dans le Loir-et-Cher (1re circonscription de Blois). Cette élections partielle était destinée à pourvoir le siège de M. Amiot, décédé le 7 juin 1929. Camille Chautemps fut élu, au deuxième tour de scrutin, par 9.751 voix contre 1.156 à M, Barillet, sur 12.546 votants.

N'appartenant à aucune commission il est entendu au cours de la fixation de la date de discussion d'une interpellation de M. Doript relative aux multiples agressions dont sont victimes les chauffeurs de taxi (1929). Le 21 février 1930, appelé par le Président de la République, il constitue son premier Ministère et devient Ministre de l'Intérieur dans ce Cabinet qui démissionnera le 25 février suivant.

En qualité de député, il prend part à la discussion : d'un projet de loi relatif à l'organisation des tribunaux de première instance ; d'un projet de loi portant adoption des mesures destinées à améliorer le marché des vins. Il est nommé Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts par décret du 13 décembre 1930 dans le premier Cabinet Steeg qui remplace le deuxième Cabinet André Tardieu, démissionnaire le 4 décembre précédent, mais ce Ministère disparaît quelques semaines plus tard, le 22 janvier 1931. Retourné à son banc de député, il s'intéresse : au personnel universitaire, à son avancement, au relèvement de son salaire (1931) ; à la viticulture et au commerce des vins (1931).

Aux élections générales législatives du 1er mai 1932, il est réélu, au premier tour de scrutin, député de la première circonscription de Blois, par 11,204 voix contre 5.582 à M. Jouy, sur 17.786 votants. Dès le 3 juin 1932, il est nommé Ministre de l'Intérieur dans le troisième Cabinet Herriot qui démissionne le 14 décembre. En qualité de député, il parle dans la discussion d'une interpellation concernant de graves fraudes fiscales récemment découvertes (1932). Il est alors nommé Ministre de l'Intérieur par décret du 18 décembre 1932 dans le premier Cabinet Paul Boncour. Ce Cabinet est renversé au cours de la deuxième séance du 27 janvier 1933, Chautemps se retire et est de nouveau nommé Ministre de l'Intérieur dans le premier Cabinet Daladier par décret du 31 janvier 1933.

En qualité de député, il se préoccupe des troubles dont sont responsables les « Jeunesses Patriotes ». Le Cabinet Daladier est renversé au cours de la deuxième séance du 23 octobre 1933, et Chautemps se voit confier le même portefeuille par décret du 26 octobre 1933 dans le premier Cabinet Albert Sarraut, Ce Cabinet est renversé le 23 novembre suivant, Chautemps ainsi libéré est nommé Président du Conseil, Ministre de l'Intérieur, par décret du 26 novembre 1933. En qualité de Ministre, il ne cesse de s'inquiéter de la politique sociale, agricole et économique du Gouvernement; des sanctions attachées à la non déclaration d'avoirs étrangers ; des bénéfices des professions non commerciales ; des licences d'importation; de la taxe sur les employeurs de main-d'oeuvre étrangère ; de la consolidation de la dette à moyen terme et de la dette flottante. Il est entendu : au cours de la fixation de la date d'interpellations relatives à la catastrophe de Lagny et aux scandales judiciaires (affaire Stavisky) ; dans la discussion d'interpellations relatives au scandale du Crédit Municipal de Bayonne (1934).

Le 30 janvier 1934, le Cabinet Camille Chautemps a donné sa démission sans qu'un vote de méfiance ait été émis par le Parlement. En qualité de député, Camille. Chautemps intervient : dans le débat institué à propos de la fixation de la date de discussion d'interpellations concernant la politique générale du Gouvernement ; dans la discussion d'une proposition de résolution relative à la nomination d'une Commission d'enquête. Citons aussi son ordre du jour déposé à la suite de la discussion des interpellations relatives à la catastrophe de Lagny. Il intervient : à propos de l'application faite des «pleins pouvoirs » (1934) ; dans la discussion de la proposition de résolution tendant à inviter la Commission du suffrage universel à établir un projet de réforme électorale sur la base de la représentation proportionnelle dans le cadre de la région; dans la discussion du projet de loi tendant à l'approbation d'un programme de travaux concernant la défense nationale ; dans la discussion du projet de loi portant réforme fiscale (1934), Le 23 septembre 1934, il est élu sénateur du Loir-et-Cher à une élection partielle destinée au remplacement de M. Boudin, décédé le 15 juillet précédent. Il emporte le siège au deuxième tour de scrutin, par 345 voix contre 242 à M. Doizy, sur 618 votants. Le 15 janvier 1935, il se démet de son mandat de député.

Au Sénat, il est inscrit au groupe de la gauche démocratique et est membre : de la Commission de l'administration générale, départementale et communale (1934) ; des affaires étrangères (1935). Par décret du 24 janvier 1936, il est nommé Ministre des Travaux publics dans le deuxième Cabinet Sarraut. En cette qualité, il est entendu dans la discussion d'une proposition de loi relative aux agents des chemins de fer secondaires (1936) ; dans la discussion du projet de loi portant modification du régime des retraites des agents des grands réseaux de chemins de fer d'intérêt général.

Le 4 juin 1936, le Cabinet Sarraut démissionne. Chautemps est alors nommé Ministre d'Etat dans le premier Cabinet Léon Blum par décret du 4 juin 1936. A ce titre, il s attache à la répression de la hausse injustifiée des prix. A la suite de la limitation par le Sénat, dans la séance du 20 juin 1937, des pleins pouvoirs qu'il demandait, le Cabinet Blum se résoud à démissionner sans avoir posé la question de confiance. Camille Chautemps se retire et est nommé Président du Conseil par décret du 22 juin 1937.

En cette qualité, il est entendu dans la discussion : du projet de loi tendant à accorder au Gouvernement des pouvoirs susceptibles d'assurer le redressement financier (1937); du projet de loi tendant à l'octroi de délais aux débiteurs de bonne foi et au règlement de certaines dettes agricoles (1937) ; du projet de loi tendant à améliorer la situation des personnels de l'Etat et des titulaires de pensions (1927) ; d'un projet de loi concernant la réouverture, en 1938, de l'Exposition internationale des Arts et Techniques dans la vie moderne (1937) ; d'une proposition de résolution tendant à inviter le Gouvernement à ne pas augmenter les taxes sur l'essence automobile (1937). Il analyse les causes qui ont influencé le marché des changes (1938) et intervient dans la discussion d'une interpellation sur les déclarations que le Gouvernement vient de faire à la Chambre et au pays (1938). Au cours de cette discussion et sans qu'un vote ait motivé cette décision, le Cabinet démissionne. Chautemps est nommé pour la quatrième fois, Président du Conseil par décret du 18 janvier 1939.

A ce titre, il dépose sur le Bureau de la Chambre les projets de loi concernant le placement des travailleurs, leur embauchage et leur débauchage, le statut des délégués du personnel, les conventions collectives du travail, les procédures de conciliation et d'arbitrage, le statut légal de la grève (1939). Il est entendu : dans la discussion sur la politique extérieure du Gouvernement ; pour une communication du Gouvernement, à la suite de laquelle le Cabinet remet sa démission au Président de la République (10 mars 1938). Chautemps est nommé Vice-Président du Conseil et chargé de la coordination des services à la Présidence du Conseil, par décret du 10 avril 1938 (troisième Cabinet Daladier).

En cette qualité, il s'intéresse : au problème alsacien, et ceci à de très nombreuses reprises, ce problème soulevant d'innombrables difficultés ; aux constructions scolaires ; aux assurés sociaux ; au projet de loi concernant le droit d'auteur et le contrat d'édition. Il se met d'accord avec M. Léon Blum sur le dépôt d'une interpellation de ce dernier concernant les services d'information (1940) ; il répond aux observations de M. Vallat développant une interpellation sur la censure (1940). Il intervient : au cours d'une interpellation de M. Pezet et expose son point de vue sur les méthodes à employer pour faire de l'information une arme puissante pour la guerre, et un instrument efficace pour la préparation de la paix après la victoire (1940) ; au cours de la discussion d'une interpellation de M. André Albert sur la propagande française et, en particulier, sur le problème de la propagande radiodiffusée sur les ondes courtes (1940) ; au cours d'une interpellation sur le projet de loi portant autorisation d'engagement de dépenses et ouverture de crédits de payement pour les besoins de la défense nationale. Le 20 mars 1940, le troisième Cabinet Daladier démissionne. Camille Chautemps est nommé vice-président du Conseil le lendemain, 21 mars, dans le premier Cabinet Paul Raynaud qui démissionnera le 16 juin 1940 et sera remplacé le jour même par le Cabinet Pétain qui siégera à Bordeaux. Chautemps sera Ministre d'Etat, vice-président du Conseil dans ce Cabinet dont la tâche est de demander l'armistice. Le 12 juillet, il démissionne et est chargé d'une mission officieuse auprès du Gouvernement des Etats-Unis. En novembre 1940, il part pour Washington où il reste jusqu'en mars 1944, date à laquelle il se rend en Afrique du Nord. A la Libération, il doit répondre de ses activités en tant qu'ancien Ministre du Gouvernement de Pétain. Il repart aux Etats-Unis rentre alors à Paris mais pour un temps assez court. Sa femme et sa fille, née en 1940, habitant Washington, il partage son temps entre Paris et surtout l'Amérique. Ajoutons qu'il a, de son premier mariage, trois enfants ; une fille, veuve du colonel Abrille, un des chefs de la résistance que les nazis torturèrent sauvagement ; deux fils : Jean, qui combattit dans la division Leclerc et devint journaliste au Midi-Libre, et Claude, pilote d'essai, qui fut aviateur des Forces françaises libres. Camille Chautemps est titulaire de plusieurs décorations, membre de la Ligue des droits de l'homme, et affilié à la Grande Loge de France.

Il vient de mourir, le 1er juillet 1963, à Washington, à l'âge de 78 ans.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Camille CHAUTEMPS, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 1er février 1885
Décédé le 1er juillet 1963
Profession
Avocat
Département
Loiret
  • Mis à jour le 24 juillet 2014